pub
Politique

INCENDIE DES MARCHES AU TOGO : Les mots de compassion et de solidarité de UNIR à l’endroit des victimes

Advertisement

Suite aux malheureux événement liés aux incendies qui ont ravagé le marché de Kara et dévasté le bâtiment principal du grand marché de Lomé, l’Union pour la République (UNIR) à travers la voix de son Vice-président, a réagit à travers un communiqué pour traduire ses mots de compassion et de solidarité aux victimes de ce drame. Il exhorte le gouvernement à mettre tout en oeuvre afin que la lumière soit faite sur ces malheureux événements que le parti UNIR qualifie de crime économique de premier plan et que les responsabilités en soient établies. UNIR encourage par ailleurs le gouvernement dans ses efforts pour maîtriser la situation et l’exhorte à initier des actions visant à soulager les victimes.

 

 Voici le Communiqué du Parti UNIR (Union pour la République)

Dans la nuit du 09 au 10 janvier 2013, un incendie a ravagé le marché central de la ville de Kara occasionnant des dégâts matériels importants. Cet évènement malheureux a mis dans le désarroi nombre de commerçantes et de commerçants de cette localité, plongeant la ville toute entière dans une grande stupeur.

 

Le samedi 12 janvier 2013 au petit matin, c’est le tour du grand marché de Lomé d’être dévasté par un sinistre de la même nature que celui de Kara et qui, au regard de son ampleur, a causé d’énormes dégâts matériels.

 

Devant ces deux événements tragiques intervenus en l’espace de 3 jours, et qui ont causé des dommages incommensurables à beaucoup de citoyennes et de citoyens, le Parti UNIR tient à exprimer, en même temps que sa vive émotion, sa profonde compassion à toutes les victimes de ce drame.

 

UNIR encourage le gouvernement dans ses efforts pour maîtriser la situation et l’exhorte à initier des actions visant à soulager les victimes.

 

UNIR tient à rappeler que les marchés sont des poumons économiques du pays tout entier et constituent les principales sources de revenus de milliers de togolaises et de togolais.

A cet effet, avec la destruction des deux marchés de Lomé et de Kara, l’on mesure le préjudice causé à l’économie nationale.

 

En ces temps de crise généralisée où l’on assiste à la relance et à la consolidation de notre économie, cet acte ne peut donc être assimilé qu’à un crime économique de premier plan.

 

UNIR prend acte des mesures prises par le gouvernement en vue de faire la lumière sur ces malheureux évènements et d’en situer les responsabilités. Il l’encourage dans ce sens.

 

UNIR considère qu’aucune raison, qu’aucun objectif ne saurait justifier des actes aussi ignobles que la destruction des moyens de subsistance de nos vaillantes populations, notamment nos braves femmes.

 

Par ailleurs, UNIR demande au gouvernement de prendre et de renforcer toutes les dispositions de sécurité nécessaires afin d’épargner au peuple d’autres épreuves de nature à créer la désolation et la psychose dans le pays.

 

UNIR, reste convaincu que ces événements malheureux ne sauraient désunir les togolais pour compromettre la réalisation de ses objectifs de réconciliation, de cohésion et de développement de notre pays.

 

UNIR estime enfin que ces faits déplorables ne peuvent en aucun cas freiner notre cher pays le Togo dans sa marche irréversible vers plus de démocratie.

 

Unir exprime, une fois encore, toute sa compassion et sa solidarité à toutes les victimes et appelle la population au calme, à la lucidité et à la vigilance.

 

 

 Fait à Lomé le 12 janvier 2013

 

 Le 1er Vice Président

 

 

 Goerges K. AÏDAM

 

Advertisement