pub
International

Evolution de la situation en Centrafrique

Advertisement

François Bozize fléchit. Sous la pression de plus en plus forte de la rébellion, le président centrafricain François Bozizé  a accepté de dialoguer avec la coalition Séléka dans l’optique de former « un gouvernement d’union nationale », a annoncé le président de l’Union africaine(UA), Boni Yayi, après un entretien avec le chef de l’État centrafricain. François Bozizé est également « prêt à se rendre à Libreville » si ses pairs le lui demandent.

 

Ces négociations, qui doivent se tenir sous l’égide des chefs d’État de la Communauté économique des États d’Afrique centrale (CEEAC) à Libreville, devront porter sur l’application des accords de paix conclus entre 2007 et 2011 avec les rébellions, comme le Séléka le souhaitait. François Bozizé a également assuré au président de l’UA qu’ « il ne sera pas candidat » à sa propre succession en 2016 et qu’il respectera «les dispositions constitutionnelles». L’opposition centrafricaine accusait Bozizé de vouloir modifier la Constitution pour briguer un troisième mandat.

 

« Je demande à tous mes frères de la classe politique, des mouvements politico-militaires, ainsi que le nouveau mouvement Seleka, de cesser de verser du sang inutilement », a-t-il déclaré. 

 

Firmin Teko-Agbo

Togoportail, toute l’information à votre portée

Togoportail, site primé Meilleur Journal en ligne en 2012 au Togo

 

Advertisement