pub
International

Procès de Ingabire, la FIDH parle d’irrégularités

Advertisement
Des réactions qui fusent après la condamnation de l’Opposante Rwandaise Victoire Ingabire. “La FIDH dénonce les nombreuses irrégularités qui ont entaché le caractère équitable du procès” a-t-elle déclaré dans le communiqué. La FIDH regrette “les déclarations intempestives” de membres du gouvernement rwandais “laissant croire à la culpabilité de Mme Ingabire, alors même que le procès était en cours.” 
 
 
Ces déclarations ont nui “au bon fonctionnement de la justice et nous amènent à émettre des doutes quant à la non-ingérence politique dans les affaires judiciaires“, a estimé Souhayr Belhassen, présidente de la FIDH, citée dans le communiqué. “Les autorités rwandaises doivent respecter la séparation des pouvoirs et garantir l’indépendance de la justice” a-t-elle poursuivi.
 
 
La Fédération Internationale des Droits de l’Homme  déplore également que la justice rwandaise n’ait pas pris en compte les accusations formulées par Mme Ingabire elle-même. L’accusée boycottait son procès depuis avril pour protester contre des “actes d’intimidation et des pratiques d’interrogatoires illégales qu’auraient subi certains de ses co-accusés (…) et contre la décision du tribunal d’écourter l’audition d’un témoin à décharge accusant les autorités rwandaises d’avoir fabriqué des preuves contre elle” rappelle la FIDH.
 
 
Il faut préciser que l’opposante est la présidente des Forces Démocratiques Unifiées. Elle était à l’étranger lors du génocide de 1994 et elle est rentrée au pays en 1990.
 
 
Firmin Teko Agbo
 
 
Togoportail, toute l’information à votre portée
Advertisement