pub
Sport

La participation des Eperviers à la CAN 2013 : Des conflits d’intérêt qui n’augurent rien de bon

Advertisement

Les Eperviers du Togo bien qu’étant qualifiés pour la Coupe d’Afrique des Nations 2010 ne l’ont pas disputée. Pour cause, un drame se fut produit sur la route de Cabinda, terrorisant la délégation togolaise avec deux morts à la clef. Pour les éliminatoires de la CAN 2012, les problèmes relationnels, la cacophonie et l’improvisation ont fait que les Eperviers ont raté la compétition continentale qui s’est déroulée au Gabon et en Guinée Equatoriale.
 

Le fait qu’Emmanuel Adébayor et sa compagnie se soient qualifiés pour la prochaine compétition est un signe fort pour un sport en perte de vitesse mais aussi l’occasion pour les traumatisés de se débarrasser de la hantise de Cabinda. Mais il ne faudra pas attendre longtemps pour que les loups-garous refassent surface. Des signes qui ne trompent pas surtout quand on sait que l’objectif pour cette CAN est de faire mieux que les précédentes participations.

« Au départ, on avait fixé comme objectif la qualification à la phase finale de la CAN, étant donné qu’on était absent de la précédente édition. Une fois qualifiés en Afrique du Sud, on nous a fixées comme objectif la qualification au deuxième tour. On est devenu gourmand. Enfin c’est mon job, et le deuxième tour est devenu ainsi un objectif pour moi  », a répondu Didier Six à un confrère.

C’est clair que certains sont conscients de l’enjeu qui attend et les joueurs et le staff. Mais pour d’autres c’est le moment de faire prospérer leurs affaires personnelles.


La guerre des clans

C’est un secret de polichinelle que la pratique du football du haut niveau exige des moyens considérables. Et la participation à une phase finale d’une compétition à la trempe de la CAN en est un particulièrement. C’est le moment choisi par des personnalités, qui généralement se cachent derrière des marionnettes, pour se prévaloir de certains droits pour créer des commissions sensées collecter des fonds pour financer les dépenses liées à la participation des Eperviers à la prochaine compétition continentale.

Selon une source qui a fait des investigations sur les fameuses commissions et ceux qui sont sensés les composer, la conclusion est alarmante. « De même, nos interlocuteurs au cours de cette petite investigation n’ont pu donner avec exactitude, le nombre de commission qu’il y en aura. Faisant un avec l’assertion sacrée selon laquelle, les mêmes causes produisent les mêmes effets, cette opacité autour de la constitution, le conflit en cours et surtout le copinage qui ne dit pas son nom, du moins à entendre les noms qui sont évoqués et leurs liens avec les têtes pensantes de la création de ces commissions peuvent ne pas augurer quelque chose de bon à l’organisation », a révélé la source.


Par contre d’autres sources vont plus loin et semblent avoir la précision des deux clans qui se font des coups bas pour avoir la primauté des commissions les plus juteuses et les plus importantes. Il s’agit d’un premier groupe dans lequel se trouveraient certains membres de la Fédération Togolaise de Football (FTF) et le ministère
du Sport et des Loisirs alors que le second serait piloté par la Primature et une structure sportive très en vue ces derniers temps dans l’organisation des sorties de la sélection nationale.

 

C’est la raison qui explique le retard dans la publication des différentes commissions qui devrait en principe se faire le 10 novembre dernier. Se remplir les poches au détriment des principaux acteurs sportifs, certains Togolais savent le faire même si l’argent vient du contribuable. Et ce n’est pas Winny Dogbatsè qui a avait dirigé la commission de collecte des fonds estimés à plus d’un milliard de nos francs pour la participation avortée du Togo à la CAN 2010 qui nous dira le contraire.


Sur un autre plan, ce sont les groupes des supporters qui s’affrontent par l’entreprise de la FTF. En effet, il s’ébruite que l’Etat aurait accordé à chaque groupe de supporters, le groupe de Maman Togo et Association nationale des supporters des Eperviers du Togo (ANSEPTO) trente personnes par association de supporters pouvant faire le voyage. Ce qui fait au total soixante supporters pour y encourager les joueurs togolais lors des matches. Or un membre influent de la FTF veut aussi faire voyager en Afrique du Sud avec un pseudo groupe de supporters. Dans cette perspective, chacun des deux groupes de supporters se verront leur nombre de supporters diminué de dix pour satisfaire les désidératas de ce membre influent de la FTF.

C’est dans ce méli mélo qui n’augure rien de bon que se préparent les Eperviers du Togo.

 

Ametbao

 

Togoportail, toute l’information à votre portée

Advertisement