pub
Economie

La Foire Internationale de Lomé, une véritable aubaine créatrice de petits métiers circonstantiels

Advertisement

La 10ème Foire Internationale de Lomé a ouvert ses portes aux activités socio-économiques et de promotion qui mobilisent des exposants que sont des hommes d’affaires, des commerciaux, des responsables marketing des sociétés, des commerçants, des promoteurs. Mais à côté de ces exposants qui occupent des stands, on remarque également de petits commerçants, de débrouillards qui font également leurs petits commerces et affaires aux alentours du centre.

 

« La foire est un véritable moment d’opportunité pour beaucoup de personnes » à lâché ce matin un homme d’une quarantaine d’années, après avoir suivi une scène à la devanture du site de la Foire. Il voit une dame avec le badge au cou qui supplie un jeune garçon de lui permettre de pouvoir transporter son lot de contre-plaquets contre une somme. Le jeune garçon n’était pas seul. Il avait à ses cotés plusieurs de ses condisciples qui se donnaient a ce travail, qui rentraient et ressortaient du centre.

 

A l’opposé de la devanture du centre, des femmes derrières leurs étalages de marchandises sont en nombre considérables. « Moi c’est pour la foire que je suis là, sinon je ne vais venir faire quoi ici tous les jours. Quand les autres grands commerçants et responsables d’entreprises font leurs business à l’intérieur, nous aussi à l’extérieur on profite pour faire notre foire aussi, avec nos petits métiers… », nous confie une d’entre elles.

 

Une autre qui est une revendeuse du pain n’a même pas du temps pour répondre à nos questions. Elle était vraiment occupée à satisfaire ses clients. A quelques mètres, une autre encore qui vend des produits alimentaires dont les tomates en boites, les pâtes nous indiquent simplement que ses chiffres d’affaires ont un peu augmenté ces derniers jours.

 

Des cartes de recharge de téléphones, de petits articles auprès des détaillants ambulants, des canettes de boissons, du jus de fruits, autant d’objets qui se vendent à proximité et à l’extérieur du site de la foire.

 

Derrière moi, un conducteur de taxi-moto fait des signes de mains à un passant lui demandant s’il pourrait lui être utile. Ce dernier lui répond favorablement. Ces conducteurs de taxi-moto abondent à ce lieu depuis l’ouverture de la foire. « Moi je suis dans le quartier, pendant la foire, je me déplace plus trop, je viens rester ici et moi aussi je trouve mon pain quotidien » fulmine un du lot en souriant. Un autre ajoutera qu’il est en ville et qu’il vient de déposer un client ; il va y rester pour un moment dans l’espoir de trouver un autre client et repartir en ville.

 

Cette période est une aubaine pour les responsables des bars et restaurants du milieu. Ils ont plus de clients. Et certains visiteurs et exposants se font servir visiblement par de serveuses très attentives. La foire se présente comme un véritable cadre d’affaires, grandes comme petites, et se positionne désormais comme un cadre offrant des opportunités d’affaires en cette fin d’année.

 

Pour éviter une concurrence déloyale et causer du tort aux exposants qui ont payé des stands, l’administration du Cetef a prévu des mesures et dispositions pour obliger les abonnés à ces petits métiers et affaires qui rapportent une plus value. Ces activités commerciales ne se font donc pas gratuitement ; de petites taxes sont imposés par le Centre.

 

En somme on vient à la foire avec des objectifs distincts, mais chacun repart avec son butin. Grands ou petits commerçants, chacun repart avec son gain.

 

Firmin Teko Agbo

Togoportail, toute l’information à votre portée

Advertisement