pub
International

Goma désormais entre les mains des Rebelles du M23

Advertisement

Les rebelles du M23 viennent de prendre Goma. Contrairement aux jours précédents, ni les orages ni les tirs à l’arme lourde ne sont venus déchirer l’épais silence de Goma dans la nuit de mardi. Un calme surprenant au terme d’une longue journée. Dès le lever du soleil, une atmosphère d’explication finale flottait sur la ville. Et en quelques heures à peine, les rebelles du Mouvement du 23 Mars (M23), qui menaçaient de conquérir la capitale provinciale du Nord-Kivu depuis des jours, ont mis en déroute les soldats de l’armée congolaise.

Durant le week-end et dans la journée de lundi, les combats étaient arrivés aux abords de la ville, sans que l’on sache avec précision quelle position était tenue par qui. C’est tout près de l’aéroport que les combats ont repris à l’aube du mardi. La bataille a eu lieu, mais les forces congolaises ont rapidement perdu tout espoir de se maintenir. Dès 11 heures, ses soldats avaient abandonné leurs positions le long de la frontière avec le Rwanda, certains d’entre eux laissant même sur place leurs uniformes.

Notons qu’à cette heure, l’armée rwandaise, bien équipée, postée de l’autre coté de la frontière à raison d’un homme tous les dix mètres, observait la scène dans le silence et la concentration. Quant à l’armée du M23, composée de rebelles taiseux et visiblement très organisés, bottes en caoutchouc aux pieds et uniformes parfois dépareillés sur le dos, elle a profité du vide laissé par les FARDC pour s’installer du côté congolais sans tirer un coup de feu, d’après des témoins. Une heure plus tard, elle occupait déjà les berges du lac Kivu, au sud de la ville.

Peu après, un imposant convoi de la rébellion composé de cinq véhicules et de plus d’une centaine d’hommes pénétrait dans les rues de Goma. Puis un défilé était organisé en présence du porte-parole du mouvement, Vianney Kazarama, sur les larges avenues de Goma, et sous les acclamations de dizaines de personnes rassemblées pour l’occasion. Des informations contradictoires circulaient, en revanche, sur la participation au convoi de Sultani Makenga, le chef militaire des rebelles.

 

Firmin Teko Agbo

 

Togoportail, toute l’information à votre portée

Advertisement