pub
Au fil des questions réponses

Invité d’Honneur sur Togoportail : Dr. Kodom Serge Michel, Président Fondateur de l’ONG AIMES AFRIQUE

Advertisement

MIEUX CONNAITRE Dr. KODOM Serge Michel

et son ONG AIMES AFRIQUE (Association Internationale des Médecins pour la promotion de l’Education et de la Santé en Afrique)

 

Nom et Prénom : Dr KODOM Serge Michel

Ville : Lomé (Togo)

Parcours :

Né le 24 juillet 1976 à Atakpamé (ville située à 165 km de Lomé), Serge Michel KODOM est un infatigable médecin interniste de 36 ans. Marié et père de trois enfants, ce docteur en Médecine, diplômé en Médecine Interne, spécialiste en Education pour la Santé, en maladies infectieuses et foie (Université Pierre et Marie-Curie à Paris 6 en France), en prise en charge du VIH/SIDA et en management en santé publique et maladies infectieuses aux USA. Directeur Général de la Clinique Immaculée Conception à Lomé au TOGO, il est aussi expert agréé près les cours et tribunaux de la République Togolaise et consultant en développement communautaire.

 

KODOM_Michel.jpg

 

Faisant siennes certaines valeurs à savoir « la personne humaine est la plus précieuse des richesses » et « servir l’humanité constitue l’œuvre la plus noble d’une vie », il crée une ONG humanitaire de médecins (médecins généralistes, spécialistes, chirurgiens, pharmaciens, infirmiers…) volontaires et bénévoles (plus de 300 membres actifs), qui s’assigne pour mission d’amener l’hôpital vers les populations rurales en Afrique et met toute son énergie au service des populations démunies et défavorisées de toutes les régions, dans le domaine de la Santé et de l’Education.

Parmi les nombreux défis qu’il a eu à relever, son principal fait d’arme a été de mettre sur pied une équipe médico-chirurgicale composée de plus de 07 spécialités, capable de consulter plus de 10 000 patients et d’en opérer plus de 1 000 gratuitement dans un délai de moins d’un mois, une véritable prouesse médico-chirurgicale humanitaire réalisée par des médecins africains. AIMES-AFRIQUE est la première ONG Internationale africaine spécialisée dans les activités médico-chirurgicales humanitaires.

 

Dr. KODOM a réussi à implanter son ONG dans 08 pays dont six (6) dans la sous-région ouest africaine (Bénin, Burkina-Faso, Côte d’Ivoire, Mali, Sénégal et Togo) ainsi que deux (02) Représentations Honoraires hors du Continent Africain, notamment en France et aux Etats Unis d’Amérique, pour donner l’opportunité aux médecins Africains de la diaspora d’être utiles à leurs communautés d’origine en se joignant à cette noble initiative, à savoir celle d’être présents à travers leurs apports tout en étant absents.

Des témoignages affluent de partout prouvant l’extraordinaire altruisme du médecin qui, malgré les opportunités dans la capitale, voue son entière énergie au service des populations rurales et démunies. Beaucoup de patients ont oublié le vrai nom du médecin et l’appellent le « docteur des pauvres ». Ce qui lui a valu plusieurs distinctions dont celui de « Chevalier de l’Ordre du Mono » pour services rendus à la nation Togolaise par le Chef de l’Etat Togolais en 2010.

 

 

Dr_Kodom-3.jpg

 

 

 

Outre cette distinction, le Docteur KODOM est lauréat dans la catégorie Leadership Humanitaire et Volontariat et fait partie des DIX JEUNES GENS LES PLUS REMARQUABLES au monde du programme TOYP de la Jeune Chambre Internationale en 2011à Bruxelles. Il a été élu « L’Homme de l’Année » en 2011 et nommé « Père Modèle » en 2012 au Togo.

Il vient de lancer une nouvelle campagne au cours de laquelle il y aura près de 1.000.000 déparasitages d’enfants et près de 100.000 patients bénéficieront des consultations médicales spécialisées et 10.000 interventions chirurgicales prévues d’ici fin 2015 en Afrique de l’Ouest en milieu rural dans le cadre de l’accélération des atteintes des Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD).

 

 

Projet :

Organisation des campagnes humanitaires de consultations médicales spécialisées et des interventions chirurgicales foraines gratuites en milieu rural en Afrique de l’Ouest.

 

 

Pourquoi cette idée ?

Ayant fait le constat que la quasi-totalité des médecins africains veulent être tous des citadins, donc le manque de médecins en dehors des zones très urbanisées et la fuite des médecins vers l’occident ; conscient de l’extrême pauvreté des populations rurales qui éprouvent d’énormes difficultés à accéder aux soins de santé primaires de qualité et à l’éducation, j’ai partagé mon idée avec un groupe de jeunes médecins et des amis, mes promotionnels pour la plupart et avons décidé de créer une association de médecins pour mener périodiquement des actions concrètes et de grande envergure afin d’apporter un impact positif dans nos communautés à la base.

Mon passage au Mali en tant qu’étudiant en médecine aussi où j’ai été au contact de la population rurale au sein de la quelle il se trouvait des paysans qui non seulement pas de moyens, mouraient de leurs maux pourtant guérissables, mais aussi tout simplement parce qu’ils n’ont pas l’envie d’aller dans les centres de santé qui généralement se trouvent éloignés d’eux.

Il est question donc d’amener l’hôpital auprès de cette population cible pour lui permettre de bénéficier des soins de santé de qualité.

Sachant bien que nous n’avions pas assez de moyens financiers en dehors de nos échantillons médicaux au départ, il fallait se battre pour convaincre les médecins et pallier aux problèmes de manque de médecins en dehors des zones urbaines et surtout les inculquer cette notion de responsabilité sociale et du volontariat du corps médical africain dans l’accessibilité des soins de santé de qualité en milieu rural d’où notre slogan : « Amener l’hôpital vers les populations rurales ».

 

Etat du marché, besoins de la population  :

 En réalité le besoin est tellement immense. Tellement immense car il est pratiquement impossible à un paysans africain et surtout togolais d’avoir des soins spécialisés car le taux national de pauvreté tourne en moyenne autour de 75% en milieu rural voir 90% dans certaines régions contre 60% pour la population générale. Au Togo, le contexte social est marqué par une progression de la pauvreté avec un taux passant de 32% à la fin des années 1980 à 61% en 2006 ! Une pauvreté essentiellement rurale (79,7% de la population rurale vivant en dessous du seuil de la pauvreté) ainsi qu’une vulnérabilité des individus à la pauvreté (taux de vulnérabilité estimé à 81,2% en 2006).

Des millions d’africains naissent, grandissent et meurent sans avoir la chance de rencontrer un médecin généraliste encore moins un spécialiste.

En effet, au Togo comme à l’instar des autres pays de la sous-région ouest africaine, la densité des médecins par habitant est dix (10) fois plus élevée dans la capitale que dans le reste du pays. Pour exemple sur un effectif de 604 médecins (généralistes et spécialistes) au Togo en 2010, 420 exercent dans la capitale soient 70% ; on dénombre un effectif de 146 pharmaciens dans la capitale sur 166 que comptent le Togo soit un pourcentage de 88% exerçant à Lomé ; sur 25 chirurgiens dentistes que comptent le Togo, 18 exercent à Lomé soit un taux de 72%.

 Il est apparait bien évident que la plupart des paysans africains n’ont pas accès aux soins de qualité et ceci pour plusieurs raisons dont nous ne pourrons étaler dans ce sujet. 

Les moyens matériels et financiers que nécessitent nos activités qui révèlent des actions gratuites visent à atteindre un grand public en milieu rural dont le taux de vulnérabilité avoisine les 80% pour une population estimée à environ 65% de la population générale.

 

 

 

 

LOGO_AIMES_AFRIQUE_SIEGE-2.jpg

 

 

 

Nous avons vraiment besoin de soutien pour mener à bien nos missions médico-chirurgicales foraines gratuites assorties de campagnes de sensibilisation, d’information, d’éducation par les agents de santé sur les radios communautaires sur la prévention des maladies infectieuses afin que ces paysans qui souffrent physiquement et psychologiquement pour les pathologies curables et surtout se débarrasser des préjugés sur certaines pathologies (souvent chroniques) qu’ils considèrent comme relevant de la sorcellerie donc du mystique pour un véritable changement positif de comportement.

 

Où en est le projet ?

Les objectifs assignés au départ également sont les mêmes à savoir : promouvoir le sens de la responsabilité social et du volontariat au sein du corps médical et à terme former le plus grand réseau de professionnels de la santé humanitaire en Afrique ; offrir des soins de santé primaires et spécialisés aux populations éloignées des systèmes de soins ; susciter un changement de comportement afin d’encourager les dépistages volontaires du VIH/SIDA et autres maladies infectieuses en milieu rural bref participer efficacement à l’amélioration des conditions de vie des populations vulnérables d’une part et promouvoir le développement durable de l’Afrique d’autre part par l’implication des agents de santé en général et des médecins en particuliers.

 

Après 7 années, bien que l’Ong jouisse d’un palmarès bien impressionnant qui séduit, le défis est encore grand et les besoins immenses.

Créée le 19 Janvier 2005, elle a déjà réalisé de multiples campagnes de consultations médicales spécialisées foraines qui ont été menées plus 300.000 consultations spécialisées qui ont été prises en charge gratuitement par des médecins spécialistes dans les pays représentés. Près de 11.000 patients ont été opérés avec succès en chirurgie générale, en gynécologie, en ophtalmologie, en ORL en médecine générale et en stomatologie…

 

Maintenant, dire que ce bilan est positif à vous d’en juger ; mais à notre avis, il est certes positif, mais pas satisfaisant faute de moyens matériels (équipements roulants et consommables…). Parce que les besoins sont encore énormes sur le terrain, et nombreux sont les nécessiteux qui sont à la sollicitation permanente de Aimes-Afrique parce qu’ils sont dans l’incapacité de se faire soigner eux-mêmes. Nous n’avons pas encore atteint nos objectifs dans leur ensemble et notre vision est toujours d’actualité ; ce qui justifie notre attachement aux principes de perfectionnement et d’amélioration permanents.

 

La capacité de l’Ong à offrir des soins de qualité aux paysans qui autrefois avaient des réticences à aller soigner leurs maux considérés comme des fatalités, est à saluer ; grâce à cette capacité, les patients ont compris que ces maladies sont curables et ne développent plus par conséquent, de retenue et des pressions sous leur proches pour se faire soigner.

 

Aujourd’hui nous avons l’inestimable acquis d’avoir initié au Togo et dans d’autres pays africains, le concept d’amener l’hôpital vers les populations et d’avoir redonné l’espoir de vivre à de milliers et de milliers de patients qui, avant AIMES-AFRIQUE, croyaient qu’ils sont condamnés à mourir avec leurs maux.

Nous, médecins africains avons l’obligation plus que jamais d’œuvrer pour l’atteinte des OMD d’ici 2025.

 

Personnes contactées, financements etc…

 Pour le fonctionnement interne, l’ONG vit des cotisations de ses membres dont les frais d’adhésion sont fixés à 25.000fr CFA (environ 38 euros) et les cotisations annuelles fixées à 60.000 fr CFA (environ 90 euros) ce qui permet de sauver la vie à 2 paysans par an…

 

 

ONG_AIMES.jpg

 

 

Il faut reconnaitre sincèrement le soutient des autorités togolaises qui nous ont permis de mener à bien les missions, de nous installer au Togo et ont par la suite délivré l’accord de siège à l’ONG (en avril 2011) ce qui confer un statut international et des facilités douanières à AIMES-AFRIQUE. Les gouvernements à travers le ministère de la santé respectifs des pays d’accueil de la représentation, nous ont aussi apporté leur soutien dans les démarches de création et d’installation des représentations avec lesquels nous entretenons de très bonne relation car l’ONG AIMES-AFRIQUE se veut être une structure qui vient en appui au différent gouvernement africain de façon apolitique comme acteur de la société civile.

Nous avons formulé des demandes à certaines institutions telles que l’UNICEF, l’OMS-Afrique (Organisation Mondiale de la Santé Zone Afrique), l’UEOMOA, la CEDEAO afin de nouer des partenariats institutionnalisés. Mais cela tarde à venir.

 

Un geste de votre part peut sauver des vies,

Soutenir AIMES-AFRIQUE, c’est contribuer à l’atteinte

des Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD) en Afrique.

 

Pour plus d’information consultez le site institutionnel de l’ONG sur www.aimes-afrique.org

 

Interview réalisée par Togoportail

 

Togoportail, toute l’information à votre portée

Advertisement