pub
Faits divers

CAMEROUN / Françoise Etoa : profession escroc et bluffeuse

Advertisement

La police Camerounaise s’intéresse depuis quelques jours aux mouvements de dame Françoise Etoa Bekono, absente du tribunal d’Ekounou lundi 24 septembre dernier où elle était attendue et poursuivie pour escroquerie et abus de confiance dans la sale affaire qui l’oppose au milliardaire Jean Claude Bekolo Mbang, PDG des Stations d’essence SOCAEPE.

 

Dès que vous l’apostrophez dans un avion ou au Hilton Hôtel pour un entretien, Françoise Etoa Bekono vous gave d’une litanie de petites histoires abracadabrantes sur ses vrais ou faux exploits, réalisations et aventures. Elle tentera pêle-mêle de vous parler de sa proximité d’avec le président Obiang Nguema Batzogo qui lui aurait confié personnellement le marketing – de son prix à l’Unesco, ses entrées serrées à la présidence Malienne et parfois Ivoirienne, ses prétendus déjeuners arrosés à l’Elysée et à Matignon.

 

Ses poussiéreuses missions de facilitation avec le groupe Satom. Et lorsqu’elle atterrit sur ses « virées camerounaises », l’interlocuteur suffoque sous le poids de l’épaisseur du mensonge avant d’attrayer des vestiges. Françoise Etoa « est capable de vous révéler avec une légèreté déconcertante ses escapades sexuelles d’avec un baron du régime ou se vanter d’héberger à Paris les enfants d’un proche collaborateur du Chef de l’Etat » susurre sous anonymat l’une de ses victimes excédée.

 

Le mensonge a de courtes jambes…

La frime, la roublardise et le baratin ratatinés ne pouvant prospérer longtemps. Il a suffi t d’une opération d’escroquerie de 45 millions de nos francs dirigée contre le « pétrolier » d’Akonolinga pour que Madame vétéran de la « frappe » « version friperie de Malabo » laisse tomber le masque. Jean Claude Bekolo Mbang, reconnu pour sa trop légendaire générosité et son côté candide va croire bêtement aux sornettes de cette « Pablo escobar » des tropiques : sur le carreau : Françoise Etoa va croquer 45 millions de nos francs sous le fallacieux prétexte de lui livrer deux containers de matériel médical. La feymania grandeur nature.

 

Happée au Hilton Hôtel vendredi 21 septembre par une équipe de la police du Commissariat Central n°4 de la ville de Yaoundé, entendue sur procès verbal puis déférée le 24 septembre au Parquet d’Ekounou, elle s’évanouira plusieurs fois en cellule pour essayer d’arracher de justesse une comparution en liberté. Ayant fui l’audience publique du 27 septembre dernier et s’apprêtant à quitter discrètement le territoire, celle dont on dit éprouver des difficultés de loyers et de fi sc à Paris couplées aux rapports ombrageux qu’elle entretiendrait ces temps derniers avec le cabinet privé du président Obiang Nguema fait désormais l’objet d’attentions particulières de nos Forces de sécurité.

 

Françoise Etoa Bekono, « L’escroc et bluffeuse de la république » est attendue à la barre le 25 octobre prochain pour répondre de ses forfaits nauséabonds. En aura-t-elle le courage ?

 

Source : http://www.camer.be

Advertisement