pub
Enquêtes & Interviews

A bâtons rompus avec DAGAH Kodjo alias TONY Marcel, président du RJCHT

Advertisement

Le 28 septembre dernier, le Réseau des Journalistes et Communicateurs sur le Handicap au Togo (RJCHT) a été créé sous le signe d’un élan et d’un engagement des hommes de médias en faveur de la défense des Droits des personnes handicapées. Composé de 7 membres, le nouveau bureau élu du réseau est présidé par M. DAGAH Kodjo alias TONY Marcel, Journaliste à la RTDS-Aného. La Rédaction de Togoportail est allé à sa rencontre pour un entretien dont voici le rendu. Lisez plutôt.

 

Togoportail : Vous avez été élu Président de ce réseau vendredi 28 septembre dernier à la Maison de la Presse pour un mandat de 04 ans, dites-nous cher confrère, pourquoi un réseau des journalistes sur le droit des personnes handicapées au Togo?

DAGAH Kodjo Tony Marcel : Merci cher confrère, tout d’abord permettez-moi de remercier tous les confrères journalistes qui ont porté leur choix sur ma modeste personne et sur ceux du reste des membres du bureau pour conduire les affaires du réseau pour un mandat de 04 ans. En effet, nous nous sommes rendu compte que dans notre pays, les Droits des personnes handicapées sont constamment violés, ces personnes sont quotidiennement stigmatisées au vu et au su de tous et la presse nationale ne parle pas assez de cette couche sociale. En plus Handicap bureau du Togo à travers son projet DECISIPH (Droit, Egalité, Citoyenneté, Solidarité et Inclusion des Personnes Handicapées) avait organisé une journée de formation le 02 Octobre 2011 à l’intention des journalistes togolais; au terme de cette formation nous avons jugé pertinente l’imminence de la création d’un journalistique qui pourra promouvoir et défendre les Droits des personnes handicapées et depuis le vendredi 28 septembre dernier, le réseau est porté sur les fonds baptismaux. Les raisons qui motivent la création de ce réseau sont légions mais je viens de citer quelles unes.

 

 

 Quels sont les objectifs de votre réseau ?

DAGAH Kodjo Tony Marcel : Nos objectifs sur le Handicap sont multiples. Nous avons pour ambition de : servir de levier dans le processus de changement d’attitude générale de la société vis-à-vis du handicap; servir de vecteur stratégique pour diffuser des informations fiables, diversifiées et inclusives sur les droits des personnes en situation de handicap; contribuer à apporter une image positive des personnes en situation de handicap.

Entre autres également il s’agit de participer activement à la large diffusion des différentes initiatives pertinentes en faveur du droit, d’égalité, de citoyenneté, de solidarité, d’inclusion des personnes handicapées; donner la possibilité aux téléspectateurs, auditeurs, lecteurs et internautes de s’exprimer sur la thématique du handicap; communiquer autour de cette thématique.

En conclusion notre Réseau a pour but de promouvoir la compréhension des questions du handicap et des personnes en situation de handicap au Togo et dans le reste du monde par l’amélioration de la qualité, l’exactitude et la fréquence des reportages et par ses activités.

 

Quels sont alors vos moyens d’action ?

D.K. Tony Marcel : En réalité nos moyens d’action sont nos micros, nos enregistreurs, nos crédits sur Internet, nos papiers, nos bics pour sensibiliser nos auditeurs, téléspectateurs, lecteurs et internautes sur les droits des personnes en situations du handicap. Le travail est hardi nous en sommes conscients mais déterminés, engagés, il nous revient de nous battre pour qu’enfin l’on cesse de chosifier, de traiter de tous les noms ces personnes qui en réalité à cause leurs déficiences ont besoin plus que jamais de la solidarité, de la socialisation auprès des personnes « dites valides ». Maintenant nous lançons un appel aux bonnes volontés, aux ONGs, à nous soutenir pour aider l’Etat à faire grandir le respect du droits des personnes en situation du handicap. L’Etat togolais a ratifié depuis le 01er Mars 2011, la CIDPH (la Convention Internationale des Nations-Unies relative aux Droits des Personnes Handicapées), nous saluons cet acte courageux de l’Etat. Maintenant il appartient aux ONGs et Associations d’aider l’Etat dans l’application de cette convention qui reconnaît les droits des PH comme une personne à part entière comme le stipule l’art.1er de la déclaration universelle des Droits de l’Homme.

 

Quel est votre plan d’action ?

D.K. Tony Marcel : Comme je vous le disais plus haut, nous comptons mener des actions d’envergure d’ici la fin de l’année 2012, sensibiliser un grand nombre de compatriotes à travers nos organes sur le droits des personnes handicapées, leur inclusion dans nos communautés, dénoncer sur nos médias l’exclusion dont sont victimes les PH pour l’accès à l’emploi, se mettre à la dispositions de toute structure qui lutte pour le bien être des PH.

 

C’est vrai, vous venez de le dire, la presse togolaise dans son ensemble traite peu sinon pas du tout la thématique liée au handicap, comment pensez-vous mobiliser les confrères autour de la question.

D.K. Tony Marcel : A travers la sensibilisation, en incitant les professionnels de médias à produire des émissions, faire des articles, reportages, dossiers sur le handicap. Nous espérons qu’avec le soutien de bonnes volontés, instituer le prix du meilleur journaliste engagé pour les questions sur le Handicap; ça pourra motiver les confrères. Savez-vous que dans certaines contées du Togo, lorsqu’une famille met un enfant présentant une déformation congénitale sévère, des charlatans de tout acabit leur demande de façon voilée de tuer cet enfant pour qu’il ne revienne plus dans la famille avec des sacrifices mystiques et bizarres? Nous devons amener nos citoyens à changer cette perception erronée du handicap.

 

Un vœu peut être ?

D.K. Tony Marcel : Si j’ai un vœu, c’est de dire à nos confrères journalistes et communicateurs à s’engager un peu plus sur la thématique de handicap, à aider nos compatriotes à se départir de ces vieux clichés qu’ils ont sur les personnes handicapées; que chacun sache que nous sommes tous des handicapés en sursis. Vous savez parfois les personnes handicapées n’ont pas besoin qu’on leur éprouve forcément de la pitié mais plutôt du respect et de la considération. Ces personnes veulent qu’on leur reconnaisse leur dignité d’Homme comme les personnes « dites valides ».

 

Interview réalisée par la rédaction de Togoportail.net

 

Togoportail, toute l’information à votre portée

Advertisement