pub
Société

Zeus Ajavon : « Moi Zeus on ne m’attaque pas impunément et je vais lui faire payer cela très cher !»

Advertisement

Du rififi entre Dimas Dzikodo( Directeur de publication du journal Forum de la semaine) et Zeus Ajavon ( coordinateur du Collectif « Sauvons le Togo »), c’est ce que nous pouvons tirer des interventions des deux personnes depuis quelques jours. L’enregistrement du numéro 11 de l’émission « Grand débat » une émission de la chaine LCF serait la source du conflit. Djimas Dikodo est dans la parution de ce jour du journal forum de la semaine revenu sur le sujet. Nous vous proposons un extrait du texte.

« Sans plus aller dans les détails, nous disons simplement que face à des propos irrespectueux et injurieux tenus à notre endroit ( plus précisément à l’endroit de Dimas DZIKODO) par notre invité Zeus Ajavon, nous avions décidé de ne pas poursuivre l’émission simplement parce qu’au moment où nous lui avions demandé de contrôler ses propos, il en a tenu pire. Et face à un invité qui refuse de se respecter, deux solutions s’imposent au journaliste qui le reçoit : tenir le même langage ordurier pour rétablir son autorité ou arrêter l’émission. Nous avions préféré la seconde option et refusé de continuer la part qui nous est échue dans notre émission car visiblement, le petit Monsieur nourrissait des griefs personnels contre nous. Et cela n’a duré qu’environ trois minutes. Mais l’émission a été enregistré jusqu’à la fin avec les autres confrères.

Zeus Ajavon par la suite se glorifie « d’avoir eu Dimas ». Malgré tout, nous avions considéré que s’était une cuisine interne à l’émission et nous n’avions pas le droit de l’exposer. Mais quelle ne fut notre surprise quand Zeus Ajavon, lors du meeting du CST à Béniglato le dimanche dernier, transpose cette affaire en public et du haut de sa tribune nous dénigre proprement face à un public surexcité pour amener ses petits sicaires à nous identifier comme Jean-Pierre Fabre l’avait fait par le passé et qui a emmené ses militants à s’attaquer à notre voiture pour la briser en partie. Et ces derniers n’ont pas hésité à crier dans la foule « Dimas DZIKODO, tu mourras ! Dimas DZIKODO nous te tuerons ! Dimas DZIKODO héélouu !!!» C’est cela la démocratie que Ajavon Zeus veut nous construire.

C’est de cette manière qu’il veut sauver le Togo en livrant des citoyens qui dans l’exercice de leur profession lui ont posé une simple question « Qui est Zeus Ajavon ? » Jamais, même du vivant d’Eyadèma dont le régime pourchassait les journalistes, aucun leader du RPT n’a livré un journaliste à la vindicte populaire ou appelé à leur mort. Nous sommes vraiment sous une « Zeuscratie des Talibans». Face à cette réalité nous n’avons pas d’autre choix que de présenter sa vraie face à l’opinion car ce que nous refusons au RPT hier, ce serait dangereux de le tolérer pour l’opposition aujourd’hui. Nous sommes des sentinelles et notre citadelle c’est la Démocratie et non les partis politiques. Peu importe celui qui peut l’instaurer dans notre pays nous devons y veiller.

Zeus Ajavon, est revenu dans une intervention hier à Brother-Homé, sur ses espiègleries en ânonnant des menaces puériles contre notre personne en ces termes : « Moi Zeus on ne m’attaque pas impunément et je vais lui (Dimas-NDLR) faire payer cela très cher !» Incantations d’agonie d’un défait qui se prenait pour le centre du monde et qui, continuant ses digressions, nous (Dimas) accuse d’être l’auteur du fait que l’émission n’a pas pu être diffusée. Ce qui est repris partout sur l’internet. Nous avions simplement souri car si Dimas DZIKODO peut faire pression sur le Ministre Pascal Bodjona le propriétaire de LCF et sur la direction de cette chaine pour empêcher la diffusion d’une émission, alors il est vraiment fort ! C’est stupide et cela dénote du nanisme intellectuel du Tricheur des Universités qui se prend pour le professeur de tous les Togolais, Juriste de première classe qui n’a jamais réussi à remporter un seul procès au Tribunal.

Tout compte fait, nous n’avons aucunement peur des menaces de ce petit Monsieur qui du haut de sa suffisance, pense se sublimer en livrant des journalistes à la vindicte de sa horde qu’il est en train de manipuler à sa guise. En fait, l’histoire de Zeus Ajavon, c’est l’allégorie d’un âne qui voulait traverser une rivière en crue. En plein milieu de sa traversée, il eut le besoin de fienter, s’arrêta puis se soulagea. En amorçant sa course, il remarqua malencontreusement que ses crottes le rattrapèrent puis le dépassèrent ! Puis il eut à brayer à tue-tête : « c’est mes propres fientes, comment se fait-il qu’elles me dépassent ?». C’est valable pour lui à l’Université où ses jeunes étudiants à l’instars des brillants Professeurs Wolou, Agbénoto et autres ont préparé honnêtement leur Agrégation et l’ont décroché avec brio pendant que lui se fait exclure pour tricherie ; c’est valable aussi pour lui au barreau quand il se laisse traîner du bout du nez par ses anciens étudiants aujourd’hui avocats qui lui font voir de toutes les couleurs en lui faisant perdre procès sur procès et c’est valable aussi pour lui en politique où, au moment où ses anciens étudiants gravissent les échelons à l’instar de l’actuel Premier Ministre Arthème Awoumey-Zounou qu’il présente à qui veut l’entendre comme son ancien étudiant, lui Ajavon Zeus ne soit devenu errant sans repère politique, au point de venir surfer sur des formations politiques des naïfs, pour se faire un nom sous le soleil après s’être contraint à la démission par les dirigeants de l’UTD devenue aujourd’hui CPP pour des comportements peu orthodoxes.

Ondoyant et glissant comme un silure, plus opportuniste que ce Tricheur des universités tu péris. Sinon comment comprendre que ce petit Monsieur, qui a porté plainte contre Kpatcha Gnassingbé sur le plan international dans le compte de son CACIT pour des crimes qu’il qualifie d’imprescriptibles, en vient à être l’avocat défenseur de ce même Kpatcha lorsqu’il s’est agit d’une affaire similaire qu’on dit dirigée contre son frère Président de la République. Qui dit que dans l’exercice de la profession d’avocat, il n’y a point d’éthique à respecter si ce n’est Ajavon Zeus? Et dire que ce sont ces opportunistes qui se disent sauveurs du Togo !

La réalité implacable est ceci : si rien n’est fait pour redresser la barre, les tergiversations, le dilettantisme, les erreurs monumentales et les divisions chroniques qui entourent l’organisation de la lutte populaire par Zeus Ajavon et ses affidés vont conduire inéluctablement à un nième échec face à un système qui a amorcé une profonde mutation en son sein laissant l’opposition dans sa naïveté nocive.

Beaucoup savent ce que Zeus Ajavon était parti négocié chez Faure Gnassingbé en revenant nier au premier abord avoir mis pied chez le Chef de l’Etat avant de se raviser face à des preuves. C’est par sagesse que nous taisons un certain nombre de choses non pas par faiblesse ni par couardise. Au reste nous sommes au Togo et on se connait ! Nous disons bien on se connait. Ceux qui se disent avocats et détournent les fonds de leurs clients ou jouent le double jeu en émargeant à l’ANR dans ce groupe de sauveurs du Togo, doivent savoir que rien ne restera éternellement dans l’ombre. Et qu’à force de tirer trop sur la corde… On se connait de toutes les façons ! »

Extrait de Forum de la Semaine n°1231 DU Mardi 24 JUILLET 2012

Togoportail, toute l’information à votre portée!

Advertisement