pub
International

Drame à Madagascar

Advertisement

Le pays de Rajoelina en deuil. Madagascar, plongée dans une longue crise politique, a connu de nouveaux troubles dimanche sur une base militaire proche de l’aéroport de la capitale où des mutins aux revendications inconnues ont provoqué des affrontements, faisant au moins trois morts et quatre blessés.

L’armée a annoncé avoir lancé l’assaut contre la base aéronavale d’Itavo après l’échec d’une tentative de négociation dans la journée et les coups de feu avaient cessé vers 18H30 (15h30 GMT), a constaté une journaliste de l’AFP, tandis que l’aéroport international d’Antananarivo est resté fermé.

Vers 20h30 (17h30 GMT) le chef d’état-major, le général André Ndriarijaona, a déclaré à l’AFP que l’armée avait pris le contrôle de la situation. “Les opérations de ratissage se poursuivent, une opération de nuit n’est pas exclue mais la situation est sous contrôle”, a-t-il dit.
Ces violences sont intervenues alors que les deux principaux protagonistes de la crise politique malgache, l’ancien président Marc Ravalomanana, 62 ans, renversé début 2009, et Andry Rajoelina, 38 ans, son opposant et président de fait du régime de Transition, doivent en principe négocier seul à seul mercredi aux Seychelles. Aucun des deux rivaux n’a fait de déclaration dimanche
Le mot de tentative de coup d’Etat n’a pas été prononcé de la journée, contrairement à novembre 2010 où une mutinerie avait eu lieu au même endroit.

Le ministre des Forces Armées, André Lucien Rakotoarimasy, a déclaré qu’il s’agissait d’une mutinerie fomentée par quelques éléments” et affirmé “ne rien savoir de ce qu’ils veulent”.
Les mutins ont été identifiés comme de jeunes recrues, selon un ancien du régiment de commando installé sur la base mutinée. Leur leader est un certain caporal Koto Mainty, dit “caporal black”, selon la même source.

Togoportail, toute l’information à votre portée!

Advertisement