pub
Société

Séduction ou maraboutage, de nouvelles techniques en vogue au Togo!

Advertisement

Se savoir séduisante, est la préoccupation quasi-naturelle des femmes. Pour cela elles ne lésinent pas sur les moyens surtout dans un univers où la concurrence devient au jour le jour impitoyable. Les secrets des grand-mères ne satisfont plus les jeunes demoiselles togolaises. C’est ainsi qu’il se développe une nouvelle forme de maraboutage qui ne dit pas son nom. Collier, parfum, cure dent, pâte à modeler, perles, crayon de maquillage, tous ces objets sont désormais préparés pour attirer l’attention des hommes. Charlatanisme ou maraboutage, nous vous emmenons dans l’univers de ces produits qui se vendent comment de petits beignets.

C’est désormais un secret de polichinelle, les femmes togolaises utilisent de plus en plus des produits mystiques pour emballer les hommes. Elles ne se contentent plus de leur beauté naturelle ou des parures dont elles sont friandes. Disponibles en grandes quantités à des couts généralement accessibles, ces objets auparavant anodins sont aujourd’hui des armes redoutables dans les mains de ces demoiselles en quête d’attention.

On pourrait bien se tromper en pensant que ce sont uniquement les travailleuses de sexes qui feraient usage des ces objets envoutants. Elèves, étudiantes, apprenties, revendeuses, tout le monde en raffole. Elles ont ces porte-bonheurs sur elles partout ; église, marché, écoles, spectacle, bref tout endroit où il y des hommes constitue un « terrain de chasse » pour celles-ci.

Comment fonctionnent ces produits ?

« Suivant leurs prix qui sont compris entre 2500 et 10.000F ces porte-bonheurs hypnotisent soit tous les hommes au passage des demoiselles qui les portent, soit attirent uniquement les hommes riches et généreux », nous a expliqué Jeannette une revendeuse de produits cosmétiques converties en spécialistes en la matière. Les acheteurs n’ont pas à faire grande chose. Les produits sont déjà préparés par des maitres indiens et des adeptes des sirènes (communément appelés mamissi en Ewé). Il suffit de passer le parfum ou le crayon de maquillage pour que les hommes les trouvent comme des fées. En mâchant les cure-dents ou les sucreries, tout ce qu’elles disent obtiennent l’approbation inconditionnelle des hommes qui se font prendre dans ce piège.

Ces produits par lesquels la jeunesse togolaise ne fait que jurer sont généralement en vente dans les salons de coiffures, chez les revendeuses de produits cosmétiques.
Loin du charlatanisme, les nouveaux gris-gris féminins marchent comme sur des roulettes à en croire les fans de ces produits qui ne peuvent plus s’en passer. Personne pour le moment ne se posent la question sur les éventuelles conséquences de l’utilisation des ces objets mystiques. Pour le moment elles se contentent de les glorifier.

Roger ADZAFO

Togoportail, toute l’information à votre portée!

Advertisement