pub
Politique

Manipulation ou amateurisme l’ANC refuse le Dialogue, le CST l’exige

Advertisement

Le collectif « Sauvons le Togo » qui a fait descendre une partie de la population dans les rues de la capitale togolaise exige entre autres selon les propos du président du collectif Me Zeus Ajavon, une ouverture des discussions avec le gouvernement. Cette demande soulève une fois encore des interrogations sur les réels souhaits et intentions du collectif. Ceci, parce que certains membres du collectif notamment l’Alliance Nationale pour le Changement (ANC) ont toujours fait du boycott des dialogues avec le gouvernement, leur cheval de bataille. Comment peut-on vouloir une chose et son contraire ?

Le collectif « Sauvons le Togo » brille ces derniers jours par ses incohérences et son manque de lucidité. Nombreux ont été les juristes, défenseurs des droits de l’homme et journalistes qui ont dénoncé le couple incestueux ODDH/partis politique. Pour certains c’est une confusion de genre, pour d’autres encore cette union porte les germes de sa propre destruction car il ne relève pas des prérogatives des organisations de défense des droits de l’homme d’intervenir sur des sujets éminemment politiques comme la répartition des sièges au parlement.

Comme si cela ne suffit pas le Collectif dont fait partie l’ANC demande une ouverture des discussions avec le gouvernement. On peut se demander de quelles discussions parlent-ils car l’ANC membre du collectif refuse tout dialogue avec le gouvernement sur le nouveau code électoral. Il a refusé de même les débats télévisés sur le sujet sans oublier son absence à l’invitation du nouvel ambassadeur des USA au TOGO. L’une des raisons souvent évoquées par ce parti issu de l’UFC, est la mauvaise foi du gouvernement. Voila que le président du collectif dément les allégations de l’ANC. « Je ne fais de procès d’intention, je préfère être optimiste… » a déclaré Zeus au micro des confrères de RFI. Que nous réservent-ils encore?

Invitation au Togo mort le 1er jour du BAC, provocation des forces de l’ordre et de sécurité, destruction des biens publics et privés sont pour l’heure des résultats à mettre à l’actif du collectif.

La rédaction

Advertisement