pub
Société

Le Collectif des Syndicats des travailleurs de la zone franche en colère, demande la réintégration des collègues licenciés

Advertisement

Les employés licenciés de la Société sprukfielf dénoncent l’inapplication de l’accord devant les réintégrer par leurs patrons. En Novembre 2010, 120 travailleurs et travailleuses de l’entreprise ont été licenciés suite à une grève qu’ils ont initiée et observée pour revendiquer le respect de certains de leurs droits qu’ils estiment bafoués. Le 27 mai 2011, un accord de réintégration progressive de tous les employés à partir du mois de juin 2011 était signé par les deux parties. De plus, l’employeur s’est engagé à satisfaire les doléances légitimes des travailleurs relatives essentiellement aux conditions de travail au sein de l’entreprise.

« En effet, depuis la signature de l’accord, aucun progrès significatif n’a été enregistré aussi bien dans la mise en application dudit accord que dans l’amélioration des conditions de travail au sein de cette entreprise», déclarent publiquement ce mercredi ces employées licenciés.

Ils ajoutent que sur les 120 travailleurs licenciés, seulement 12 ont été repris avec l’employeur avec des situations très difficiles et sur les 12, 2 ont démissionné sans être remplacés et 2 ont été mis en congé technique illimité.

Le groupe déplore que le comité de suivi prévu pour faire le suivi de la réintégration n’a jamais été mis en place malgré les maints rappels et demandes des syndicats.

Pour ce qui est des conditions de travail actuelles, elles sont précaires et sont caractérisées entre autres par des contrats de travail illégaux d’une durée de 6 mois pour des travailleurs ayant une ancienneté de 3 à 5 ans dans l’entreprise, le non-respect du SMIG payé à 35 000 f cfa toute primes et allocations confondues et l’inadaptation voire l’absence de matériels de protection.

Eu égard à tout cela, le Collectif des Syndicats des travailleurs de la zone franche voudrait prendre à témoin l’opinion nationale et internationale et se réserve le droit de mener toutes les actions légales pour la restauration des travailleurs abusés dans leurs droits.

Firmin Teko-Agbo

Togoportail, toute l’information à votre portée

Advertisement