pub
Coopération

Ghana / La CEDEAO pour tous : Le Ghana incite les citoyens de la zone à l’intégration

Advertisement

Le Chef de la diplomatie ghanéenne, Alhaji Muhammad Mumuni, lance un appel aux citoyens de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) à prendre en main l’institution sous régionale afin de mieux s’intégrer pour faciliter leur plein épanouissement en son sein. Alhaji Mumuni, le ministre des Affaires Etrangères et de l’Intégration Régionale du Ghana a lancé cet appel la semaine dernière à Accra lors de l’ouverture d’un séminaire de trois jours qui a porté sur la campagne d’information et de sensibilisation sur la CEDEAO.

Faire passer la CEDEAO de son état actuel perçu à tort et à travers comme une communauté de Chefs d’Etats à celle d’une communauté des citoyens, voila le défi que se lance le Ghana. Pour y parvenir, le Chef de la diplomatie ghanéenne a estimé qu’il est important pour l’ensemble des citoyens de la CEDEAO de connaître leurs droits et devoirs afin de bien les assumer pour une éclosion à succès de la communauté.

En ce sens, Alhaji Mumuni a fait remarquer que « la mise en œuvre de ce projet ne peut réussir que s’il est pris à cœur par les citoyens. L’appartenance des populations à la communauté doit permettre à tous de savoir que par le biais des projets communautaires, il y a des bénéfices à tirer de cette adhésion. Mais si ces populations ne savent pas cette réalité, elles sont entrain de perdre des avantages ».

Toutefois le ministre s’est réjouit du fait que depuis la création de la CEDEAO, certaines initiatives telles que l’amélioration des conditions de vie des citoyens de l’espace et la promotion de l’agriculture ont permis d’assurer la sécurité alimentaire, le commerce, l’énergie, le développement des infrastructures, la paix et la sécurité dans la sous région.

Pour permettre à la communauté d’atteindre les objectifs qu’elle s’est fixée au moment de sa création, Alhaji Mumuni a rappelé que les États membres de la CEDEAO sont préoccupés par la mise en œuvre des protocoles relatifs à la libre circulation des personnes et des biens. Dans cette perspective, il a souligné que La CEDEAO a mis en place des mécanismes comprenant la suppression des visas et des permis d’entrée pour les voyages intra-communautaires, le droit de résidence et l’établissement de certificat de voyage ou de passeport dans chaque Etat membre.

Concernant le volet routier, la diplomatie ghanéenne a révélé que la CEDEAO s’attèle à améliorer l’espace routier y compris le corridor Abidjan-Lagos.

Pour veiller à la sécurité sur les routes, Alhaji Mumuni a fait savoir aux séminaristes qu’il est mis en œuvre une stratégie de contrôle pour réduire la surcharge des camions au strict minimum aux différents postes frontaliers ghanéens à savoir la localité d’Elubo située à la frontière Ghana-Côte d’Ivoire, la localité de Paga au poste frontalier Ghana-Burkina Faso et Noepe située au poste frontalier Ghana-Togo.

C.A.

Togoportail, toute l’information à votre portée

Advertisement