pub
Sport

Euro-2012 : zoom sur les quatre quarts de finale qui démarrent ce jeudi

Advertisement

Les phases de poule de l’Euro 2012 ont pris fin avec des fortunes diverses pour les 16 équipes engagées. Des surprises, il y en a eu. Des déceptions également. Les quarts de finale de l’Euro-2012 se déroulent du 21 au 24 juin 2012. Quatre confrontations alléchantes en somme.

Si dans l’ensemble, la confrontation République Tchèque-Portugal semble inattendue, la crise européenne s’est invitée dans la fête sportive et sera source d’explication entre les Allemands qui seraient détestés par les Grecs à cause de son caractère intransigeant à propos de la cure d’austérité imposée à ces derniers. Allemagne-Grèce, une rencontre sûrement politique. La France, championne du monde en 1998 et d’Europe en 2000 après le fiasco du mondial 2010, tentera de résoudre l’équation de la Roja très confiante et déterminée à réaliser le triplé inédit dans une rencontre relativement déséquilibrée. En fin, la fameuse Angleterre-Italie à l’allure d’une finale demeure le quart de finale le plus prestigieux de cette compétition.
Lire plutôt l’analyse de nos confrères du site internet de la radio mondiale.

République tchèque-Portugal : l’affiche la plus inattendue

Les qualifications de la République tchèque et du Portugal ne sont pas une surprise dans l’absolu. Mais la manière dont Tchèques et Portugais ont entamé la compétition, par une défaite, laissait sceptique sur leurs chances de passer. D’un côté, des Tchèques écrasés 4-1 par la Russie avec un gardien de but, Petr Cech, loin de son niveau habituel. De l’autre, des Portugais poussifs dans le jeu et qui doivent leur présence en quarts de finale au réveil de Cristiano Ronaldo (doublé face aux Pays-Bas). Dos au mur, les lusophones semblent meilleurs. Mais la constance est loin d’être leur point fort.

Allemagne-Grèce : l’affiche la plus politique

Que la Grèce affronte l’Allemagne est également une surprise. Mais c’est la dimension politique du match qui suscite l’intérêt, même si les joueurs des deux camps s’en défendent. Ce choc n’opposera pas seulement la meilleure équipe depuis le début du tournoi à l’une des plus faibles. Allemagne-Grèce opposera aussi le pays le plus riche de la zone euro à celui qui est le plus en difficulté et dont la population accuse Berlin d’être la première responsable de la cure d’austérité qu’elle endure. Une victoire hellène serait un pied de nez à la chancelière allemande Angela Merkel, qui a décidé d’assister au match.

Espagne-France : l’affiche la plus déséquilibrée

Sur le papier, Allemagne-Grèce est plus déséquilibré qu’Espagne-France. Mais la prestation pathétique de l’équipe de France face à une sélection suédoise déjà éliminée (0-2) laisse penser qu’un gouffre sépare encore les Bleus des champions du monde. Les Espagnols, peu inspirés depuis le début de l’Euro-2012, ont néanmoins bénéficié d’une journée de repos en plus et ont une maîtrise technique et collective très supérieure à celle des Tricolores. Il faudra un jour sans des Ibères combiné à un match français de haut niveau pour que les Bleus atteignent les demi-finales.

Angleterre-Italie : l’affiche la plus prestigieuse

Angleterre-Italie est une affiche devenue rare entre deux vainqueurs de la Coupe du monde. Les deux sélections ne s’étaient plus affrontées en compétition officielle depuis dix ans. C’est aussi un choc entre deux équipes en crise. D’un côté, des Anglais privés de plusieurs titulaires, forfaits, et qui ont changé de sélectionneur quelques semaines avant l’Euro-2012. De l’autre, des Italiens tourmentés par le Calcioscommesse, un scandale de matches truqués. Mais la Squadra Azzurra a remporté ses deux plus grands titres (Mondial 1982 et 2006) après des affaires similaires. De là à y voir un signe…

Ametbao avec rfi.fr

Togoportail, toute l’information à votre portée

Advertisement