pub
Politique

Ghana / Recensement électoral à Aflao : des ghanéens taxés de togolais

Advertisement

Un journal privé «Daily Guide» basé à Accra, la capitale ghanéenne révèle que des togolais s’enregistrent pour le recensement électoral qui a lieu actuellement à Aflao, une localité frontalière avec Lomé, la capitale du Togo.

D’après Daily Guide qui a cité les centres d’enregistrement de Beat 4, Beat 9, Fihokofe, Yameh et Tublukofe, l’inscription des non-ghanéens est favorisée par les responsables électoraux du NDC, le parti au pouvoir. Ces soupçons sont loin d’être cautionnés par d’autres ghanéens qui estiment que les réalités socio-historiques des Ewé qui se retrouvent de part et d’autre de la frontière ne doivent pas conduire à indexer une couche de la population comme étant des togolais.

Aflao, la ville jumelle de Lomé, suscite une nouvelle fois des commentaires dans les débats politiques électoraux à mesure que le Ghana se rapproche à grands pas des élections générales de décembre 2012.

A en croire notre confrère de Daily Guide, il a été promis aux agents recenseurs à Aflao une certaine somme en raison du nombre de personnes qu’ils enregistreront par jour sans tenir compte de leur statut d’éligibilité.

Pour réussir le coup, Daily Guide a révélé que certains membres du NDC ont émis à Aflao des cartes nationales d’assurance maladie (NHIS), une des pièces exigées lors de l’inscription, aux potentiels électeurs afin que leur inscription soit validée par les agents recenseurs. La délivrance illégale de ces cartes NHIS a été découverte dans une maison à Huime-Agodome non loin de Beat 9 à quelques 100 mètres du Togo.

Interrogé par le journal, le cerveau de l’opération aurait d’abord déclaré qu’il aide ses concitoyens qui n’avaient pas de cartes NHIS à les obtenir avant d’ajouter qu’il ne fait que recueillir des informations pour le NHIS pour qu’il émette des cartes aux demandeurs. Il a par ailleurs ajouté qu’il a cessé ce travail en raison des préoccupations soulevées par les médias et autres leaders d’opinion.

Outre les personnes qu’on soupçonne d’être des togolais, Daily Guide ajoute que d’autres personnes en provenance du Nigeria et du Bénin se prêtent aussi à cet exercice d’inscription sur les listes électorales. L’enquête tel que rapporté par le journal qui est accusé à tort et à travers d’être proche du principal parti de l’opposition NPP ne fait pas l’unanimité à Accra.

Pour mémoire, l’origine, les liens de parenté et la délimitation artificielle de la frontière entre les Ewé doivent être analysé à fond avant qu’on ne porte des jugements sur la nationalité d’une tierce personne. Pour un analyste natif de la région du Volta, il serait bizarre pour un novice de voir un ghanéen d’Aflao avoir son champ au Togo, un parent au Togo, exercé ses activités au Togo ou bien avoir des enfants qui fréquentent au Togo. Ce constat est vice versa pour un togolais de Lomé.

En somme, la rivalité entre les deux partis politique du pays ajoute un peu plus à la confusion qui entoure le recensement électoral avec le dénie de la nationalité à certaines personnes. A l’allure où vont les choses, l’on est tenté de dire que la crise identitaire ivoirienne qui a connu son apogée avec la récente crise postélectorale armée de 2010, risque de se reproduire au Ghana si l’on ne prend pas garde.

C.A.

Togoportail, toute l’onfo à votre portée

Advertisement