pub
Justice

Rapport falsifié de la CNDH : La pression des ODDH sorties dans les rues de Lomé

Advertisement

Les sanctions prises par le gouvernent après les falsifications du rapport de la CNDH, n’ont pas suffit pour calmer la colère des togolais. La mobilisation de ce vendredi a battu le record des précédentes .ils étaient plusieurs milliers de togolais à répondre à l’appel des ODDH .ils réclament la démission pure et simple du gouvernent Togolais

Parti depuis le château de Bè la marée humaine s’est écrasée à Dekon; un des points névralgique des activités des socio-économiques du Togo. Plusieurs Togolais indignés ne se sont pas faits prier pour descendre dans la rue. Au milieu des tintamarres causés par les va-et-vient des manifestants complété par les klaxons le vrombissement des véhicules et des taxi-moto, la tension est montée d’un cran. D’abord, après l’arrestation d’un journaliste, venu au secours d’un jeune manifestant qui a été photographié de force par les gendarmes, puis après la confiscation d’une moto par les mêmes agents de sécurités. Il a fallu de peu pour que la manifestation tourne court. Mais le pire n’est pas arrivé grâce aux organisateurs de ladite marche.

Plus unis pour atteindre leurs buts

Les Organisations des Droits et de Défense de l’Homme, ont pour cette troisième sortie réussi à rallier les partis politiques tels : l’ANC, le CAR, la CDPA, l’OBUTS, l’ADDI et UDS TOGO à leur cause. «L’heure est grave» selon ces derniers, qui ont parlé une fois de la même voix.

Ils ont profité de cette tribune pour mobiliser davantage leurs militants et sympathisants sortis criés leur ras bol suite à ce que d’aucun qualifie d’énième bavure du régime en place. L’opération du jour a été particulière. Les manifestants ont eu à écouter les témoignages de certaines victimes de torture de l‘ANR- Agence National de Renseignement -. A tour de rôle, ces derniers ont su, en une fraction de seconde fait revivre aux manifestants leur part de calvaires. Lesquels ne sont pas restés indifférents.

Après cette série de témoignages des victimes de tortures et de certains responsables des ODDH, la tribune a été offerte aux responsables des partis politiques qui se sont pour la plupart d’abord interrogés sur le fait que le rapport de la CNDH ait pu être falsifiés sans que le Chef de l’Etat ne soit pas au courant. Puis, ont réclamé la démission immédiate du gouvernement. Comme les ODDH qui ne comptent ne pas faiblir dans leur détermination à mettre tout en œuvre enfin que les droits de l’homme soient respectés.

ODDH plus que jamais déterminées.

«Cela suffit nous n’allons plus nous taire» a laissé entendre Kpandé ADZARE, le président de la Ligue Togolaise des Droits de l’Homme. Au cours de son intervention aussi perspicace que lucide, il a montré a quel point les droits de l’homme sont bafoués au Togo. Pour lui comme pour tous les autres, la mobilisation va continuer jusqu’à la démission de ce gouvernement qui n’a pas la cote. De telles manifestations vont se poursuivre jusqu’à ce qu’ils obtiennent gains de causes et pour les prochaines manifestations le point de chute sera un autre point stratégique.

Daniel Addeh pour Togoportail

Togoportail, toute l’information à votre portée

Advertisement