pub
Politique

L’insécurité au centre des préoccupations du coprs policiers de la CEDEAO en réunion à Lomé (Togo)

Advertisement

La région Ouest-africaine est confrontée aux problèmes de cybercriminalité, de crimes transnationaux, de trafics de véhicules volés. Un constat qui préoccupe les Chefs de police de la CEDEAO qui y réfléchissent à Lomé depuis ce mardi.

Depuis mardi les Chefs de police, se sont réunis en atelier de réflexion sur les questions relatives à l’insécurité grandissante à laquelle se heurtent sans cesse les pays de la sous région ouest-africaine.

En effet, la paisible population de la Cedeao fait l’objet de dangers récurrents que sont des actes de tueries liées au phénomène de trafics d’êtres humains, des dérives inhérents au trafic de drogues, des actions de corruption, de mauvaise gouvernance et deux autres importants phénomènes constitués par l’insécurité dans la région du Sahel Sahara ainsi que les questions de sécurité maritime dans le Golfe de Guinée.

Selon le Secrétaire Permanent du Comité des Chefs de Police de la CEDEAO, il faut reconnaitre qu’un véritable arc de feu s’est allumé aujourd’huientre la Mauritanie, le Mali, le Niger et le Tchad avec des menaces réelles s’étendant au Burkina Faso voisin.

C’est dans ce contexte particulier qu’interviennent ces assises des sous-comités techniques du Comité de police de l’Afrique de l’Ouest sur lequel repose la responsabilité principale de développement des stratégies régionales de lutte contre la criminalité transnationale organisée.

«La kyrielle de défis sécuritaires qui se posent à notre région appelle une réflexion accrue et des réponses idoines dans les meilleurs délais. La CEDEAO a déjà engagé des actions en vue de répondre aux menaces terroristes et à l’insécurité maritime en se dotant de projets de stratégies dans les domaines concernés», relève le Secrétaire Permanent du Comité Abdou Rahmane Dieng (En photo).

Quant au directeur général de la Police Nationale Togolaise, Mompion Mateïndou d’ajouter en s’adressant à ces confrères « Pour ce faire, vous devez faire le bilan de la mise en œuvre par chacun des Etats, des recommandations des dernières réunions des Sous-comités Techniques. Ce bilan vous permettra de faire un nouveau recadrage des actions à entreprendre en 2012 pour mettre nos populations, qui n’aspirent qu’à vivre en paix, à l’abri de l’insécurité.»

Firmin Teko-Agbo

Togoportail, toute l’information à votre portée

Advertisement