pub
Société

Les organisations syndicales pour l’amélioration des conditions des acteurs de l’économie informelle

Advertisement

Des organisations syndicales préoccupées par la situation des acteurs de l’économie informelle attirent l’attention des décideurs nationaux et internationaux sur les conditions de vie et de travail des acteurs de l’économie informelle caractérisées par l’extrême pauvreté.

Selon le Syndicat des Vendeurs de Rue, des artisans SYVEMACOT, au Togo, malgré la contribution significative des acteurs de l’économie informelle que sont les vendeurs, de rue, les artistes dans le développement économique et social, aucun effort substantiel n’est fait pour la reconnaissance des activités des acteurs comme travailleurs et surtout pour l’amélioration de leurs quotidiens.

Les Responsables de cette organisation estiment que les acteurs de l’économie informelle, en majorité les jeunes et femmes restent confrontés à des situations socioéconomiques marquées par l’absence de protection sociale, l’absence de dialogue social et la précarité de l’emploi et des revenus.

Au regard de tout ces constats, ils demandent au Gouvernement Togolais de mettre en application des textes juridiques pour la reconnaissance des activités des acteurs de l’économie informelle, à faciliter l’accès aux crédits pour les organisations et groupements des acteurs, à créer une caisse de solidarité pour la prévoyance sociale et à mettre en place les stratégies pour assurer la protection sociale pour tous les acteurs de l’économie informelle et à revoir les textes de base des vendeurs ou vendeuses de marchés, de rue et ambulants.

Firmin Teko-Agbo

Togoportail, toute l’information à votre portée

Advertisement