pub
Economie

Le Togo se penche sur la question de lutte contre le financement du terrorisme et le blanchiment de capitaux

Advertisement

Lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme, les autorités togolaises et acteurs de l’administration publique réfléchissent sur le sujet dans la capitale Lomé. A l’instar de la Communauté internationale, le gouvernement togolais a placé la lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme au rang de ses priorités. C’est dans ce cadre qu’il se tient cette semaine à Lomé, un séminaire de sensibilisation et de formation des administrations publiques en matière de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme (lBC/FT) au Togo. Une rencontre organisée par la CENTIF-TG avec l’appui technique et financier de l’Office des Nations Unies contre la Drogue et le Crime.

Dans l’esprit des dispositions juridiques telles que adoptées conformément aux normes et standards internationaux, notamment la Recommandation 28 (nouvelle) du Groupe d’Action Financière (GAFI), et mieux au niveau national, il devrait exister une coordination adéquate entre les services des Douanes, de la Police, de la Gendarmerie et les autres autorités en charge de la lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme à travers les échanges d’informations et d’expériences professionnelles pour assurer la sécurité économique et l’intégrité du système financier.

L’organisation du présent séminaire qui se déroule cette semaine (du 27 au 30 mars 2012) sera donc l’occasion de réfléchir sur les mécanismes idoines pour qu’une coopération nationale en vue d’une meilleure coordination entre les services et acteurs impliqués dans la lutte contre le financement du terrorisme et le blanchiment des capitaux soit effective et renforcée.

Il s’agit à travers cet atelier, de sensibiliser les participants sur le rôle de la Cellule Nationale de Traitement des Informations Financières du Togo (CENTIF-TG) et ses partenaires institutionnels en matière de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme, la nécessité de la coordination nationale des actions de lutte contre les infractions financières et le blanchiment de capitaux et sur la tenue des statistiques et les échanges d’informations.

«L’organisation du présent séminaire a pour objectif de contribuer à un renforcement de la coopération nationale en matière de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme (LBC/FT)» a confié à la presse l’Ivoirien Bénoit Konan Djaha, Expert de UNODC (Office des Nations-Unies contre la Drogue et le Crime).

Quant au président de la Centif-Togo, M. Tchaa Bignossi Aquiteme, «à l’issue des travaux de ce séminaire, il est attendu que les participants soient mieux sensibilisés sur la coopération et la coordination nationales en matière de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme, ainsi que le Comité interministériel de LBC/FT soit réactivé; ce qui amènera les acteurs des administrations impliquées dans la LBC/FT d’être plus conscients sur des enjeux qui se posent à nous face à la question et que les uns et les autres prennent l’engagement de mieux collaborer.»

Rappelons que la CENTIF-TG est créée par décret le 28 mars 2008, et a notamment pour rôle de recevoir et d’analyser des déclarations d’opérations suspectes qui lui sont communiquées par les professions du secteur privé assujetties au dispositif LBC/FT, et, le cas échéant, de transmettre des dossiers aux autorités de poursuite en vue d’aboutir à des condamnations.

Firmin Teko-Agbo

Togoportail, toute l’info à votre portée

photo_article_banchiment2.jpg

Advertisement