pub
Justice

Condamné aux assises de Lomé à 10 ans d’emprisonnement pour trafic de drogue, Eugène Atigan-Améti ne fléchit pas, il reste serin et réclame justice.

Advertisement

12 décembre 2011- 12 mars 2012, soit trois mois jour pour jour que l’ex-animateur de la Télévision Togolaise à été condamné pour vivre 10 ans derrière les barreaux de la prison civile de Lomé.

Pour ainsi demander plus de lumière et plus de rapidité dans son dossier soumit en cassation, il a entamé lundi 12 mars 2012 une grève de faim car selon lui le procès rendu aux assises de Lomé le 12 décembre 2011 est une parodie de justice instrumentalisée par quelques hauts dignitaires. Il entame donc cette grève de faim pour protester la contre vérité, la non prise en compte des tortures aussi bien physiques que psychologiques subies à l’Agence Nationale de Renseignement (ANR) et l’Office de répression de la Drogue ainsi que la violation de l’article 148 de la loi 98-008 sur le trafic de drogue au Togo.

Contre toutes attentes, une importante délégation constituée du procureur général Atara N’dakéna, du secrétaire général du ministère de la justice, et de quelques responsables de l’administration pénitentielle, ont visités l’accusé ce jeudi matin et des discussions sérieuses ont étés entamées.

L’accusé pour sa part a affirmé à la délégation qu’il ne fera plus, plus de 45 jours à la prison civile de Lomé toute en réaffirmant son engagement ferme à tenir jusqu’au bout afin que la justice soit dite et qu’il soit blanchi de cet affaire. Il a en outre refusé la proposition du parquet général, de recevoir des soins au cabanon, en se fondant sur la disposition légale octroyant à un détenu de choisir le médecin de sa préférence, avant d’exprimé son désir à être soigné au Centre Hospitalier Universitaire (CHU).

Au cours des échanges, le procureur général Atara N’dakéna a affirmé n’avoir pas reconnu que le dossier d’Eugène Atigan-Améti a été entaché de plusieurs irrégularités judiciaire avant de poursuivre que «la justice humaine est imparfaite mais qu’il existe aussi la justice divine». Toute en restant optimiste sur une probable libération, Les jours à venir vont situer l’opinion publique sur le sort réservé a cet animateur qui faisant la fierté de tout le peuple togolais dans ces émissions culturelles sur la chaîne première.

Rappelons que l’Ex-animateur de la TVT, Eugène Atigan-Améti a été arrêté en septembre 2009 à l’aéroport international Gnassingbé Eyadema de Lomé avec 5,9 kg de cocaïne dans ses bagages alors qu’il s embarquait dans un vol de la compagnie Air France en direction de Paris. Il fut détenu à l’Agence Nationale de Renseignement (ANR) ensuite à l’Office de répression de la Drogue avant d’être transféré à la prison civil de Lomé puis condamné à 10 ans d’emprisonnement.

Emmanuel Lacolline

Togoportail, toute l’information à votre portée

Advertisement