pub
Politique

Célébration de la Journée Mondiale de l’Eau : «L’eau doit être regardée comme une denrée qui se raréfie» a indiqué le ministre Zakari Nandja

Advertisement

Dans son message adressé à l’opinion publique lors de la journée mondiale de l’eau célébrée ce 22 mars sur le thème : «l’eau et la sécurité alimentaire», Zakari Nandja le ministre de l’Eau et l’Hydraulique Villageoise a indiqué que l’eau doit être regardée comme une denrée qui se raréfie.

Selon le ministre, en Afrique les crises ont cruellement mis en lumière la vulnérabilité des systèmes de production tributaire des pluies et celle malheureusement des populations. Il a émis ses préoccupations, dont celle relative à la bonne pluviométrie dont le Togo pourra bénéficier, et selon lui, cette situation est conditionnée par les conséquences du changement climatique dont la plus importante est le changement des saisons.

« L’eau doit être regardée comme une denrée qui se raréfie. Si l’agriculture doit rester le moteur du développement, alors il importe de repenser la gestion de nos eaux» a-t-il précisé en indiquant également que le gouvernement dans ses efforts en vue d’améliorer la gestion des ressources en eau, s’est engagé dans les reformes juridiques et réglementaires qui ont abouti à l’adoption et à la promulgation de la loi portant code de l’eau qui consacre la gestion intégrée des ressources en eau au Togo.

Faut-il le rappeler, à quelques jours de la célébration de cette journée, le Secrétaire général de l’Organisation des nations-Unies (ONU), Ban Ki-moon, s’est adressé dans un message adressé au monde entier.

Ce message qui porte sur l’importance d’exploiter de façon rationnelle l’eau, la plus stratégique des ressources dont nous disposons en quantité limitée, n’a pas manqué de faire ressortit la pertinence du thème de cette année.

Cette année, la Journée mondiale de l’eau a pour thème « l’eau et la sécurité alimentaire ». Étant donné que l’agriculture est de loin l’activité qui consomme le plus d’eau douce, à moins d’adopter des pratiques agricoles plus raisonnables à cet égard, nous ne pourrons pas éliminer la faim et nous nous exposerons à bien d’autres maux comme la sécheresse, la famine et l’instabilité politique.” a mentionné le Secrétaire général de l’ONU, dans son message.

Germain Kokoura

Togoportail, toute l’information à votre portée

eau_de_vie.jpg

Advertisement