pub
Faits divers

Botswana : L’incident qui a perturbé le discours du Président Khama

Advertisement

La présence du mot « mariage » dans le discours du Président Botswanais Ian Khama, célibataire de son état, a fait butter ce dernier le weekend dernier à Gaborone, la capitale, lors de son adresse aux militants de sa formation politique, le Parti Démocratique Botswanais (PDB). Ce discours s’inscrit dans le cadre de la célébration du 50e anniversaire du PDB. Pour toute explication, le Président Khama a estimé qu’il n’est pas mieux placé pour aborder un thème sur le mariage.

Les militants du PDB, parti au pouvoir au Botswana et les autres dirigeants politiques Africains ont été quelque peu surpris par l’attitude du Président Khama qui a eu des mésaventures avec son propre discours au point de perdre le fil de l’attention du public.

D’un ton serein, le président Khama a débuté son allocution en ces termes «Démocrates chers Compatriotes, chaque 50e anniversaire – que ce soit dans la vie d’un individu, ou dans l’endurance, ou dans la survie d’un mariage, ou dans l’existence d’une organisation y compris un parti politique comme le nôtre est une réalisation louable qui constitue un jalon important».

Le Président qui est célibataire, a pris une courte pause après la lecture du mot «mariage» avant de reprendre ses souffles et de continuer en ces mots « tiens, qui a mis le mariage dans mon discours? Je ne suis pas mieux placé pour en parler ».

Le président Khama a dû passer sous silence, délibérément, une partie de son message pour être en adéquation avec son propre présent statut d’homme.

Agé de 58 ans, le numéro Un Botswanais garde silencieux jusqu’ici tout débat sur la femme idéale de son rêve. Seulement, il avait décrit une fois cette âme sœur comme quelqu’une qui devrait être grande, belle, mince et qui tiendra d’un cœur sincère l’engagement au mariage.

Sur son probable mariage, le Président a avoué qu’il veut consacrer tout son temps à son travail mais en passant outre cette volonté, le mariage pourrait le déranger.

Au reste, nous sommes tentés de demander aux charmantes demoiselles du Botswana si elles ne sont pas prêtes à faire changer d’avis leur bien aimé Président. Dehors les miss Africaines s’impatientent…

C.A.

Togoportail, toute l’information à votre portée

Advertisement