pub
Economie

ACET-CI lance officiellement le projet de Promotion de l’Aquaculture au Togo (PPAT)

Advertisement

L’Association des Chrétiens Evangéliques Togolais vivant en Cote d’Ivoire (ACET-CI) organise du 05 au 09 mars 2012 un atelier d’organisation et de renforcement des capacités des acteurs de l’acquaculture au Togo. Cette formation qui est assurée par le Prof Atse Boua Célestin de la Côte d’Ivoire permettra aux pisciculteurs d’améliorer leurs connaissances en matière de technique de construction des étangs et de gestion quotidienne des exploitations piscicoles, ceci dans le cadre du Projets de promotion de l’aquaculture au Togo. La révision des statuts et règlements de l’Association nationale des pisciculteurs est également à l’ordre du jour.

Après l’atelier de validation du projet de Promotion de l’Aquaculture au Togo (PPAT) les 5,6 et 7 août 2009, l’Association des Chrétiens Evangéliques Togolais vivant en Cote d’Ivoire (ACET-CI) a procédé ce jour au lancement officiel dudit projet. Le projet PPAT, selon le président d’ACET-CI vient «soutenir l’initiative du gouvernement togolais» avec « la formation et l’installation de 500 jeunes pisciculteurs.

Le ministre de l’Agriculture de l’Elevage et de la Pêche représenté par le Dr Ali Domtani, Directeur des Pêches et de l’Aquaculture, dans son discours d’ouverture des travaux a souligné que «malgré la faible production halieutique, le secteur de la pêche joue un rôle important dans l’alimentation des populations, emploie près de 22.000 personnes et contribue à 4% au PIB agricole et 1,3% u PIB nationale».

Le consultant ivoirien Prof Atse Boua Célestin du centre de recherche océanographique de la Côte d’Ivoire a indiqué que le Togo dispose de potentialités pour développer l’aquaculture et qu’il est indispensable de dépasser l’aquaculture de plaisir à une aquaculture professionnelle.

C’est d’ailleurs ce qui justifie la révision des textes de l’Association nationale des pisciculteurs qui est également au cours de cet atelier.
Notons que l’un des objectifs que s’est fixé le projet PPAT est l’attente des 1000 tonnes de poissons par an.

Roger Adzafo

Togoportail, toute l’information à votre portée

Advertisement