pub
Culture

20 mars : Journée Internationale de la Francophonie, «Le français est une chance», thème de cette année

Advertisement

Chaque 20 mars, il est célébré la Journée Internationale de la Francophonie qui est un ensemble des pays ou régions ayant en partage la langue française. A chaque journée son thème de célébration. Pour cette année 2012, «Le français est une chance» est le thème choisi. Pour le Togo qui est le pays siège du Bureau Régional de l’Afrique de l’Ouest (BRAO) de l’OIF, cet évènement fait l’objet d’un programme de séries de manifestations aussi diverses que variées que la Commission Nationale de la Francophonie a dévoilé au cours d’une conférence de presse.

C’est au cours d’une conférence de presse que la Commission Nationale de la Francophonie, présidée par M. Amakoé Olta Jibidar a officiellement lancé les activités marquant la célébration de la Journée Internationale de la Francophonie le 14 mars 2012. Placée sous le thème : «Le français est une chance», la célébration de la 42ème Journée Internationale de la Francophonie connaitra plusieurs activités dont le programme fut dévoilé au cours de cette conférence de presse couplée d’une conférence-débat.

La cérémonie s’est déroulée en présence des premiers responsables du BRAO, de l’ambassadeur de France au Togo et d’autres personnalités.

La célébration de la journée internationale de la Francophonie au Togo s’étend du 14 mars au 19 avril. Dénommé quinzaine de la Francophonie et de la langue française, ce programme comporte entre autres des conférences-débats, des projections de films, des vernissages et expositions d’œuvres d’arts, des séminaires et des spectacles à Lomé et à l’intérieur du pays. Précisons que cette année le Togo accueille la phase finale du concours «Promotion de la langue Française» (PROLAF).

Le président de la CNF a d’ailleurs invités les partenaires à soutenir la manifestation qui rehausse le niveau de connaissance de la langue française des élèves du Togo et du Bénin.

En dehors des activités officielles, plusieurs autres associations qui partagent les valeurs de la francophonie s’organisent eux aussi à leur manière.

La rencontre avec les journalistes a été suivie d’une conférence-débat sur “La francophonie: ses atouts et son rayonnement“, co-animée par deux enseignants chercheurs à l’université de Lomé, MM. Gbeto Kossi Souley et Péré Essodina. Pour eux, la francophonie n’est pas une organisation qui détruit les langues africaines et leurs valeurs culturelles, mais constitue un creuset de partage et d’échanges de richesses.

Rappelons que la date du 20 mars a été retenue en souvenir de la signature, en 1970 à Niamey au Niger, du traité portant création de l’Agence de Coopération Culturelle et Technique (ACCT). Celle-ci sera plus tard remplacée par l’Agence Internationale de la Francophonie.

A l’occasion, le Secrétaire général de l’OIF s’est adressé dans un message au monde entier et particulièrement aux francophones pour aborder dans tous ses contours, la thématique de cette année, «Le français est une chance».

Le français est une chance !
Pour nous toutes et nous tous qui avons choisi de nous rassembler au sein de la Francophonie, le français, c’est en effet cette chance insigne qui nous est offerte de pouvoir entrer en contact par-delà les frontières et les océans, non pas seulement pour communiquer entre nous avec l’assurance de nous comprendre, mais aussi et surtout pour agir solidairement, pour réfléchir, ensemble, aux défis du présent et du futur, pour partager nos craintes, nos espoirs et nos ambitions, dans la détresse comme dans l’allégresse.

C’est la chance de pouvoir expérimenter, concrètement, à travers la littérature, la chanson, les arts vivants, ce que la diversité des expressions culturelles a de stimulant, d’enrichissant, de fécondant,

C’est la chance de pouvoir former des réseaux performants d’universitaires, de chercheurs, d’experts, de professionnels, de maires, de parlementaires, pour que le dialogue et la coopération au service du développement durable ne relèvent plus de la décision des seuls États, mais de l’engagement militant des peuples, de la société civile, des citoyens,

C’est la chance de pouvoir confronter nos expériences et de mutualiser nos expertises pour que prospère l’État de droit, pour que s’enracine la culture de la démocratie et des droits de l’Homme, pour que progresse la paix, tant au sein des nations que dans les relations entre États,

C’est la chance de pouvoir nous concerter pour faire prévaloir les intérêts de tous, et singulièrement de ceux que l’on a pris l’habitude de ne plus entendre.

Alors en cette période de crises profondes et multiformes, de mutations violentes et déstabilisatrices, en cette période où les liens de solidarité tendent à se déliter au profit du chacun pour soi, en cette période où grandit la tentation de stigmatiser ce qui nous différencie les uns des autres au lieu de retourner aux sources de notre humanité commune, en cette période où la détresse et l’indignation de la jeunesse contre ce qui a été et ce qui est, ne suffisent pas à concrétiser ce qui devrait être, ce qui pourrait être,
Savourons cette chance, non pas comme un acquis, mais comme un défi à relever jour après jour, comme un puissant moyen d’action, comme un formidable levier pour faire émerger une autre vision du monde et du destin qui nous lie, une vision acceptable par tous, équitable pour tous.

Cette chance, offrons-la surtout, en gage d’amitié et en signe de ralliement, à toutes celles et tous ceux, toujours plus nombreux, qui choisissent d’apprendre le français pour s’ouvrir au monde.

Abdou Diouf

http://strongmail.real.com/track?t=c&mid=1802&msgid=606&did=1261092322&sn=1244660132&eid=vicarmelo2002@yahoo.fr&uid=343266&extra=&&&2001&&&http://www.20mars.francophonie.org/Message-du-Secretaire-general-de-la-Francophonie

La Rédaction

Togoportail, toute l’information à votre portée

abdou_diouf_francophonie.jpg

Advertisement