pub
Politique

Togo / Dialogue entre le gouvernement et les partis représentés à l’Assemblée nationale : Les travaux ont repris ce mardi

Advertisement

Les discussions entre le gouvernement et des partis politiques présents à l’Assemblée nationale viennent d’être remises à jour après leur suspension, depuis le mardi dernier.

Ce mardi 28 février, le gouvernement, le RPT, l’ANC et le CAR se sont de nouveau réunis à la Primature pour débattre des principaux sujets du jour, notamment ‘’le rapport à la polémique’’ de la Commission des Droits de l’Homme (CNDH) et la libération des étudiants arrêtés à Kara en marge d’une manifestation.

En effet, suite à la publication de deux rapports différents sur une seule et même enquête relative à des allégations de tortures lors du procès des inculpés dans l’affaire d’atteinte à la sûreté de l’Etat d’avril 2009, l’Alliance Nationale pour le Changement (CAR) le Comité d’Action pour le Renouveau (CAR) ont demandé la suspension des travaux, le temps d’avoir des éclaircissements sur cette situation confuse.

Préoccupation à laquelle s’est attelé le gouvernement qui a apporté des “clarifications”, en vue de satisfaire les préoccupations posées par rapport à l’origine surtout du premier rapport.

Des clarifications qui n’ont pas totalement comblé les attentes, et selon le communiqué publié à l’issue des travaux, «le CAR et l’ANC ont exprimé leur insatisfaction quant à l’explication fournie par le gouvernement sur l’origine du premier rapport et ont insisté sur la nécessité d’avoir des clarifications complémentaires».

Quant au second point, le gouvernement a annoncé aux représentants de l’ANC et du CAR, la libération de ces étudiants.

Sont présents autour de la table des discussions, le premier ministre Gilbert Houngbo qui avait à ses côtés Pascal Bodjona et Esso Solitoki pour le RPT (au pouvoir), Jean-Pierre Fabre et Patrick Lawson pour le compte de l’ANC (opposition) et Yawovi Agboyibo et Jean Kissi qui représentent le CAR (opposition).

Les deux partis d’opposition présents aux discussions, ont insisté sur la nécessité de sanctionner les auteurs des tortures infligées aux personnes détenues dans l’affaire d’atteinte à la sûreté de l’Etat comme le recommande le rapport d’enquête de la CNDH.

Le gouvernement a apporté des clarifications sur l’origine des deux rapports de la CNDH et sur la libération des étudiants de l’Université de Kara. Nous avons pris acte de la libération des étudiants. Mais nous avons marqué notre insatisfaction sur l’explication donnée par le gouvernement au sujet de l’origine des deux rapports. Nous avons demandé au gouvernement de fournir des explications complémentaires“, s’est confié à la presse Jean Pierre Fabre de l’ANC.

Quant au gouvernement, il a “réitéré sa volonté exprimée d’étudier avec objectivité le rapport de la CNDH et de prendre les mesures appropriées pour la consolidation de l’Etat de droit dans notre pays. Un point sera fait par le gouvernement à chaque réunion sur l’étude et la mise en œuvre des recommandations du rapport dans les meilleurs délais“.

Voici l’intégrité du communiqué du Gouvernement

A la séance du dialogue tenue le mardi 21 février 2012, l’ANC et le CAR ont demandé la suspension des travaux en attendant que le gouvernement apporte des clarifications sur l’existence de deux rapports de la CNDH sur les allégations de torture et sur les allégations de disparition du Président de la CNDH. Le gouvernement et le RPT en ont pris acte.

Une délégation du dialogue a demandé par la même occasion au Premier Ministre la libération des étudiants de l’Université de Kara arrêtés lors des manifestations de mi février 2012.

A la reprise des travaux ce mardi 28 février 2012, le gouvernement a apporté des clarifications et a annoncé que les étudiants ont été libérés. Le gouvernement a réaffirmé avoir pris acte du rapport authentique de la CNDH.

Suite à ces clarifications, le CAR et l’ANC ont exprimé leur insatisfaction quant à l’explication fournie par le gouvernement sur l’origine du premier rapport et ont insisté sur la nécessité d’avoir des clarifications complémentaires. Ils ont demandé que les recommandations contenues dans le rapport de la CNDH soient mises en œuvre.

Dans sa réponse, le gouvernement a réitéré sa volonté exprimée dans son communiqué du 20 février 2012 d’étudier avec objectivité le rapport de la CNDH et de prendre les mesures appropriées pour la consolidation de l’Etat de droit dans notre pays.

Un point sera fait par le gouvernement à chaque réunion sur l’étude et la mise en œuvre des recommandations du rapport dans les meilleurs délais.

La prochaine réunion aura lieu le 5 mars 2012.

La Rédaction

Togoportail, toute l’information à votre portée

Advertisement