pub
Culture

Interview de Kodjo Adzewoda Vondoly, Président du CENACLE

Advertisement

Le mercredi 21 mars prochain, le monde entier célèbrera pour la 13ème fois consécutive, la Journée de la Poésie. Au Togo, ce sera la quatrième expérience à mettre à l’actif du Cénacle, Association de la Nouvelle Génération de Poètes Togolais. Officiellement lancé par le Ministre togolais des Arts et de la Culture, Me Yakoubou Koumadjo Hamadou, cette journée qui sera célébrée en hommage à Alex Dosseh-Anyron, professeur de musique, auteur de l’Hymne National du Togo, verra la présence de l’ancien Secrétaire Général de l’Organisation de l’Unité Africaine (OUA), actuelle Union Africaine (UA), ancien Premier Ministre et écrivain, Edem Edouard Kodjo. Pour mieux cerner le contour de cet événement au Togo, nous avons approché le Président du Cénacle, Kodzo Adzewoda Vondoly qui nous livre à travers cette interview, les manifestations qui vont le marquer. Lisons-le.

Pouvez-vous nous faire un bref historique de la Journée Mondiale de la Poésie ?

La journée mondiale de la poésie est une initiative de l’Organisation des Nations Unies pour l’Education, la Science et la Culture, (UNESCO) qui l’a instituée en lors de sa 30ème session ordinaire tenue à Paris (France) en octobre-novembre 1999. Elle est ainsi commémorée chaque 21 mars dans le monde.

Cette journée est à sa 13ème édition mais le Togo va la célébrer pour la quatrième fois. Pourquoi ?

C’est évident ! Tout simplement parce que le Togo a pris le train en marche en 2009 à l’initiative du Cénacle qui voyait le jour une année plus tôt. Ce qui s’explique surtout par le fait que la poésie n’est pas encore ancrée dans les mœurs au Togo, d’où ce grand retard.

Qu’en est-il donc des activités marquant cette édition au Togo ?

Comme toujours, le Cénacle a concocté un vaste programme qui sera exécuté à cette occasion. Après le lancement officiel qui s’était déroulé le 20 janvier dernier à l’Ecole Africaine des Métiers de l’Architecture et de l’Urbanisme (EAMAU), les poètes se retrouveront au cours de deux à trois séances d’atelier d’écriture pour le renforcement de leurs capacités en matière d’écriture poétique. Et ce sera vers la fin du mois de février 2012.
Au cours de la journée apothéose, c’est-à-dire le 21 mars 2012, le public assistera à des séances de déclamation de poèmes, tant par des auteurs togolais que par ceux de l’étranger comme en 2011. Cette journée sera meublée d’une projection sur Alex Dosseh-Anyron, auteur de notre hymne national, décédé le 12 mars 2007. Et c’est en sa mémoire que nous organisons cette 13ème édition au Togo.

Cette manifestation aura pour Invité d’Honneur, l’ancien Premier Ministre Edem Kodjo. Pourquoi ce choix?

Le choix de Monsieur Edem Kodjo doit vous dire beaucoup de choses ! Il n’est pas invité à cette manifestation en tant qu’homme politique mais en tant qu’homme de lettres, en tant qu’homme de culture. Vous n’êtes pas sans savoir qu’il a déjà publié des œuvres ! Alors, c’est pour apprendre de lui, que nous lui avons adressé cette invitation. A cette occasion, il prononcera un discours solennel pour marquer l’événement, discours dans lequel il livrera un message particulier aux auteurs poètes de la nouvelle génération.

Certains se posent la question de savoir pourquoi encore un ancien Premier Ministre ? D’autant plus que l’édition 2011 avait eu comme Invité d’Honneur, Me Joseph Kokou Koffigoh, ancien Premier Ministre…. Cet honneur n’est réservé donc qu’à ceux qui ont dirigé un gouvernement ?

Loin de là. L’invitation est toujours envoyée d’une manière très réfléchie à celui qui accepte d’être aux côtés de la nouvelle génération de poètes togolais. Il est difficile de travailler avec des aînés qui, de peur de mettre la main à la poche, font semblant de dire qu’ils sont très occupés pour répondre à notre invitation. Je n’ai pas besoin d’aller loin avant que vous ne compreniez ce que je voudrais vous signifier. Ce n’est pas pour le titre de Premier Ministre que nous avons adressé une invitation d’honneur ni à Joseph Kokou KOFFIGOH ni à Edem KODJO. Il y a quelque chose qui nous lie au-delà de leurs titres : les lettres. Nous leur devons du respect pour leurs expériences et nous les respectons aussi. C’est leur humilité et leur volonté à mettre leurs expériences à la portée de ceux qui les succèdent, qui nous ont poussés à leur tendre la main. L’invité d’honneur peut être un artiste de la chanson, quelque acteur culturel que ce soit.

Pourquoi un hommage à Alex Dosseh-Anyron ?

C’est comme si vous me demandez pourquoi je parle de ma terre natale! Alex Dosseh-Anyron est un monument pour le Togo, pour lui avoir doté d’un hymne très apprécié. Notre hymne (comme tout hymne partout dans le monde) est une poésie. Les textes composés que nous appelons “les paroles”, aurait été considéré comme un simple poème si on y avait pas ajouté un son, une musique belle à écouter, belle à savourer. Pour immortaliser cet homme décédé le 12 mars 2007, le Cénacle a bien voulu lui rendre un hommage à cette occasion.

Parlons du thème que le Cénacle a choisi pour cette 13ème édition : “Vivre la poésie au-delà des écrits”. Quel message voudriez-vous y véhiculez?

Ce thème confirme notre volonté à participer au développement de notre pays par des actes concrets, et rappelle le rôle que doivent jouer les poètes dans l’évolution de leurs communautés ou pays. Ceci pour dire qu’au-delà des poèmes, le poète doit mettre la main à la pate pour que ses actes reflètent ses écrits pour le bien de la société dont il crie haro sur les errances et congédie les malheurs. Il serait très joli de voir nous les poètes, inciter les populations à des actes civiques et citoyens, tout en étant des exemples.

Qui peut participer à vos activités, surtout les ateliers d’écriture ? Y a-t-il des conditions particulières à remplir ?

La participation à toutes nos activités est libre et gratuite d’abord à tous ceux qui aiment et font de la poésie, ensuite à tous ceux qui ont la volonté d’acquérir plus de connaissance en la matière, qu’ils soient poètes ou non. Cette célébration est l’affaire de tous sans aucune exception.

Où donnez-vous rendez-vous aux amoureux de la poésie le 21 mars prochain?

A l’Ecole Africaine des Métiers de l’Architecture et de l’Urbanisme à partir de 14h00. Nous restons ouverts à tous et informons ceux qui veulent déclamer des poèmes ce jour qu’ils doivent venir s’inscrire avant la fin du mois de février.

Propos recueillis par Emmanuel Vitus Agbenonwossi & Germain Koukoura

Togoportail, toute l’information à votre portée

Advertisement