pub
Médias

REVUE DE PRESSE

Advertisement

Les implications de la visite de Hillary Clinton au Togo, les dérives au Cadre Permanent de Dialogue et de Concertation (CPDC) et la probable dissolution du Rassemblement du Peuple Togolais (RPT) sont les sujets abordés par les journaux togolais cette semaine.

La visite de 2 h 30 mn de la Secrétaire d’Etat américain, Hillary Clinton, au Togo a suscité beaucoup de questionnements dans les journaux tant les discussions entre elle et le président Faure Gnassingbé ont été faites à huis-clos.

Abordant ce sujet, «Courrier de la République, n° 261» qui titre : «Togo, quand les Etats-Unis monnayent leurs câlins : Faure Gnassingbé ragaillardi, mais à quel prix ?» et note : «Quand le Togo se faisait élire membre non permanent du Conseil de Sécurité à l’ONU, la plus prestigieuse institution au monde, d’aucuns se demandaient à quoi devrait servir cette diversion. L’enthousiasme que ce vote a suscité n’a pas été débordant dans nos murs, au point qu’on ait pas pu reconnaître la consécration que cela constituait pour le Togo. La diplomatie togolaise aujourd’hui est en train d’effacer les pages noires qu’elle a écrites il y a peu. Mis au ban de la Communauté Internationale entre temps, un moins reluisant renom, le Togo est en passe de redorer son blason avec des actions bien concrètes que les premiers responsables du pays posent. La preuve est à présent toute cachée avec la visite à Lomé de la chef de la diplomatie américaine, Hillary Clinton. La Secrétaire d’Etat américain vient en effet d’achever mardi dernier une visite officielle de quelques heures au Togo au cours de laquelle elle s’est entretenue avec le président Faure Gnassingbé, consacrée à la relance de la coopération bilatérale et aux questions liées à la lutte contre le terrorisme, la drogue et la piraterie maritime… Contre cette aubaine, l’ANC de Jean-Pierre Fabre, n’a pu que se morfondre comme un diable désespéré».

Suite à la visite de la diplomate américaine, «Le Potentiel, n° 80» qui titre en manchette : «Visite d’Hillary Clinton/Trafic de drogue au Togo : Faure Gnassingbé interpellé sur l’implication de ses proches» précise : «Pour qui connaît ce petit pays de l’Afrique de l’Ouest où les violations des Droits de l’Homme sont monnaie courante et où la corruption et des trafics en tous genres ont pris pied, il n’est point de doute que ce sont plutôt ces sujets embarrassants pour le pouvoir de Lomé qui ont motivé le déplacement de la diplomate américaine. Pour dire les choses en termes clairs, Barack Obama a envoyé Hillary Clinton afin de tirer les oreilles à Faure Gnassingbé».

S’intéressant au même sujet, «Forum de la Semaine, n° 1106» qui titre en manchette : «Décryptage du passage d’Hillary Clinton à Lomé : Economie, diplomatie, défense…, une visite aux retombées diversement appréciées», écrit : «Pour la première fois depuis son indépendance, notre pays a reçu la visite, même si ce n’est que de quelques heures, d’un poids lourd de l’administration Obama, en la personne de Hillary Clinton, Secrétaire d’Etat américain. Cette visite que le Premier Ministre Gilbert Houngbo, le chef du gouvernement togolais, qualifie d’«événement majeur», un point important dans le réchauffement des relations entre le Togo et les Etats-Unis», ne cesse de susciter des interrogations aussi controversées les unes que les autres. Si pour d’autres, Hillary Clinton était à Lomé pour sommer Faure Gnassingbé de livrer les tortionnaires et les trafiquants de drogue que protègerait le pouvoir, certains y voient plutôt un signe de la reconnaissance du travail du locataire du Palais de la Présidence du Togo. Mieux le point de départ d’un renforcement de la coopération bilatérale qui ne devrait pas tarder à porter ses fruits. Une interprétation, d’ailleurs de plus en pus probable pour Julian Cohen, professeur de Sciences Politiques à New-York et fin connaisseur de l’Afrique».

Les membres du Cadre Permanent de Dialogue et de Concertation (CPDC) rénové sont loin de s’entendre sur le mode de scrutin. Les discussions étant plombées, certains partis ont claqué la porte pour raison, disent-ils, de mauvaise foi du RPT.

S’intéressant à ce sujet, «Crocodile News, n° 863 du 17 au 23 janvier 2012» titre à la Une : «Politique : Le CPDC se disloque sur le scrutin majoritaire à un ou à deux tours» et indique : «Le CPDC s’éclate. Plusieurs partis ont claqué la porte et pour cause : une minorité représentant le pouvoir veut imposer à la majorité le scrutin à un tour alors qu’une grande majorité opte pour un scrutin majoritaire à deux tours».

Abordant le même sujet, «Le Correcteur, n° 315 du 23 janvier 2012» qui titre en couverture : «Transmission des résultats des travaux du CPDC à Faure : Les sujets touchant les législatives et locales déviés, le moment ou jamais pour l’opposition de prendre conscience du danger», note : «Après des mois de discussions et de débats, les membres du Cadre Permanent de Dialogue et de Concertation (CPDC) ont annoncé jeudi dernier avoir transmis au Chef de l’Etat les «les résultats de leurs travaux».

«Divers sujets ont pris en compte par les résultats transmis mais vraiment rien qui concerne les élections législatives obligatoire en cette année. Dès lors, vu toute la peine que le dialogue de Faure Gnassingbé a, à amener les acteurs au consensus sur les questions électorales, on peut présager de ce que pourront être les rendez-vous électoraux à venir».

Les journaux révèlent que la dissolution du Rassemblement du Peuple Togolais (RPT) par le président Faure Gnassingbé, parti qui l’a porté au pouvoir, est imminente. Pour certains, c’est une rénomination du parti et pour d’autres Faure devra s’entourer des jeunes pour mieux travailler.

Suite à cette probable dissolution, «L’Alternative, n° 113 du 24 janvier 2012» titre en manchette : «Faure Gnassingbé était en Italie ce week-end pour trouver l’inspiration divine avant la dissolution du RPT» et souligne : «Ce n’est plus un secret pour personne que Faure Gnassingbé veut se débarrasser du RPT, le parti de son père qui l’a porté au pouvoir. Onne peut pas reprocher à «l’Esprit nouveau» de vouloir s’entourer de ses propres hommes pour piller le pays comme ils le font depuis 6 ans. Mais avouons que le pari est risqué et l’entreprise périlleuse. Qu’à cela ne tienne, Faure veut aller au bout de sa logique».

S’intéressant au même sujet, «Liberté, n° 1134 du 23 janvier 2012» qui titre à la Une : «Faure Gnassingbé et le RPT : Bientôt le clash ? : Les raisons de l’échec programmé du congrès du 28 janvier», écrit : «Le RPT, Faure Gnassingbé n’en veut plus. Du fait de son passé trop chargé, il serait devenu un goulot d’étranglement que le fils d’Eyadéma traînerait à ses pieds. Du moins, c’est ce qui se susurre dans son giron. Pourtant, en dépit des nombreuses tractations internes et de l’activisme des associations opportunistes, la nouvelle formation de Faure Gnassingbé peine toujours à voir le jour. Pour donc couper court aux supputations qui vont bon train, on annonce le 28 janvier 2012, comme date pour la tenue du congrès qui devra sceller définitivement les rapports entre le «Vieux parti» et l’«esprit nouveau». Mais ce congrès risque de faire un flop, pour plusieurs raisons.

D.M.

Togoportail, toute l’information à votre portée

Advertisement