pub
Politique

Présidentielles au Sénégal : Le verdict du conseil de la validation des candidatures a mis à la touche Youssou N’dour et donne le feu vert à Abdoulaye Wade

Advertisement

Comme attendu, le conseil constitutionnel de la validation a validé la majorité des candidatures y compris celle du premier sortant Abdoulaye Wade, sauf trois dont une seule, celle de Youssou N’dour dont la candidature a été rejetée.

Une décision qui a entrainé des mouvements, surtout de jeunes qui ont laissé éclater leur colère. Durant toute la nuit, des scènes de violences ont émaillé ces mouvements au cours lesquels, des jeunes ont mis le feu à des pneus, ont amassé des pierres et autres pour constituer au milieu de la chaussée des barrages de fortune. S’en suivront des accrochages avec la police à travers des jets de pierre contre gaz lacrymogènes. Un policier a perdu la vie au cours de heurts violents. Le calme reviendra après sur la place d’Obélisque où une prière au cours de laquelle l4Iman Abdou Samath Mbacké a appelé à « une résistance pacifique » contre une candidature de Wade jugée « inconstitutionnelle», s’est déroulée.

Mais dans les autres artères de la capitale et dans d’autres villes sénégalaises, des courses-poursuites et des affrontements se poursuivis entre forces de l’ordre et manifestants.

Ainsi, le président Abdoulaye Wade va se présenter, à l’élection présidentielle du 26 février, au même titre que ses principaux challengers : Macky Sall, Idrissa Seck, Ousmane Tanor Dieng, Moustapha Niasse

Quant au chanteur vedette et star internationale Youssou N’dour, cette décision relève de l’arbitraire et il et a annoncé pour la suite, qu’il fera recours contre cette pénalisation dans les 48 heures pour demander la validation de sa candidature qui jouit dans son pays d’une popularité importante. Il s’agit d’un « coup de force » du président Wade, lâche Youssou N’dour qui ajoute que «Je suis candidat et je le reste».

Les jours à venir sont annoncés chauds au Sénégal, et tard dans la soirée d’hier, les leaders du M23, le mouvement du 23 juin qui rassemble des partis d’opposition et des organisations de la société civile, ont prévu de se retrouver, aujourd’hui, samedi pour voir comment amplifier ce qu’ils appellent une résistance citoyenne active.

Selon ce mouvement, il n’y aurait pas de scrutin possible avec le président sortant. « Si Wade est candidat, il n’y aura pas d’élection. Nous allons nous mobiliser pour créer un rapport de force en notre faveur et faire en sorte qu’il se retire », a menacé Ousmane Tanor Dieng, le candidat du Parti socialiste, aux côtés des autres leaders de l’opposition.

Quant au camp du président sortant Abdoulaye Wade, c’est la sérénité affichée. Selon Sérigne Mbacké Ndiaye, porte-parole de la présidence, le «peuple» sénégalais est satisfait de la décision du Conseil constitutionnel.

La Rédaction

Togoportail, toute l’information à votre portée

Advertisement