pub
Politique

Le PRR de Nicolas Lawson recommande un budget digne des efforts et des sacrifices du peuple Togolais

Advertisement

Au Togo, le budget de l’Etat qui vient d’être voté à hauteur de 656, 204 de milliards de F CFA fait l’objet d’appréciations diverses. D’un côté, des observateurs et acteurs très présents dans les rouages et secteurs principaux de la vie du Togo, approuvent le budget voté qu’ils jugent conséquent au regard de son montant et comparativement aux moyens limités dont dispose l’Etat.

De l’autre côté, et selon bien d’acteurs et observateurs avertis de la hose publique, la potion parait sévèrement amère à boire pour la population tant l’assiette budgétaire adoptée s’avère trop insuffisante face aux besoins importants et défis de la Nation. De plus l’Etat ne semble avoir eu suffisamment de marges à prévoir pour faire face aux attentes de la Nation. C’est le cas de Nicolas Lawson, Président du Parti du Rénouveau et de la Rédemption (PRR) qui trouve que le montant du budget voté, est sans commune mesure conséquemment aux besoins du moment et face aux enjeux qui se posent dans le contexte de la vie socio-politique actuelle des Togolais.

Il vient à cet effet de publier un communiqué selon lequel le PRR relève que : “si le budget exprime la volonté du gouvernement et traduit les forces, les faiblesses, voire les vices de toute société, alors le budget de 2012 révèle les insuffisances dramatiques du gouvernement actuel”.

Dans un véritable vitriol bien pesé, le PRR fustige cette mesure inappropriée du gouvernement qui selon le parti de Nicolas Lawson dénote des incapacit’s et incompétences du gouvernement actuel.

Il conclue que “rien ne semble donc guérir le gouvernement togolais de son infirmité morale, de son incompétence et de sa soumission aux règles inhumaines d’une orthodoxie financière aveugle”, et en appelle à un redresement impérieux de la Nation.

Voici in extenso, le communiqué du PRR.

COMMUNIQUE DE PRESSE DU 5 JANVIER 2012

L’Assemblée nationale vient d’adopter le budget de l’Etat ou la Loi de finances pour l’année 2012. Si le budget exprime la volonté du gouvernement et traduit les forces, les faiblesses, voire les vices de toute société, alors le budget de 2012 révèle les insuffisances dramatiques du gouvernement actuel.

Pour des recettes, dont certaines sont hypothétiques, d’un montant de 644,5 milliards de FCFA, le gouvernement sans ambition, sans vision et sans inventivité a fixé les dépenses à 656,2 milliards de FCFA. L’économie étant liée à la politique comme le sont la vie et l’action, il incontestable que la misère et le chômage des jeunes vont s’aggraver en 2012 et que les revendications sociales ne pourront pas être satisfaites.

Il aurait suffit de 15,8 milliards de FCFA pour augmenter les salaires de 10% ou de 47,4 milliards de FCFA pour les augmenter de 30% afin de doper la consommation nationale. Nous en avons les moyens, la capacité et le droit. Le FMI et la Banque Mondiale, qui sont les vrais patrons de notre ministre des finances, ont autorisé en 2011 le Bénin à dégager un déficit de 326 milliards de FCFA pour la réalisation de projets productifs, pouvant accroitre la croissance de son PIB de 3,5%.

Notre gouvernement étouffe donc l’essor de notre pays et compromet dangereusement notre avenir. En plus, il consacre plus de 700 millions de FCFA cette année pour le paiement de notre participation au Conseil de sécurité de l’ONU.

Rien ne semble donc le guérir de son infirmité morale, de son incompétence et de sa soumission aux règles inhumaines d’une orthodoxie financière aveugle. Il est ainsi indéniable que le rétablissement de notre pays exige un changement radical dans sa gouvernance et l’adoption rapide d’un budget digne des efforts et des sacrifices de notre peuple.

En conséquence, le PRR appelle tous les patriotes à prêter bientôt la main à l’œuvre de redressement national.

Nicolas LAWSON

Advertisement