pub
Faits divers

Le Togo dans la verve de folles rumeurs du monstre des failles d’Alédjo : Sipmle élucubration ou clameur d’un mystère réel!

Advertisement

Depuis quelques jours de rumeurs les plus folles de l’existence d’un monstre sous forme d’un serpent à la tête humaine, dans les environs des failles d’Alédjo (Nord du Togo), s’amplifient au Togo, principalement dans la capitale togolaise.
Le djinn de la montagne de Bola ou failles d’Alédjo aurait fait parler de lui. Les voyageurs qui passaient sur le tronçon la nuit de samedi 18 décembre 2011 auraient vu de visu le monstre.

Ce jour là, contrairement aux jours précédents, il y aurait plus de peur que de mal. Aucun des passagers n’aurait été dévoré ni emporté dans la forêt comme le monstre aurait l’habitude de faire. L’un des témoins de la scène aurait regretté de ne pas disposer d’appareil photo. “Le monstre a posé pour les photographes et moi, j’ai beaucoup regretté car mon appareil portable n’est pas équipé de photo“, aurait-t-il expliqué avant d’ajouter : “Sous les phares de notre véhicule qui déchiraient l’épaisse masse de brouillard, nous qui ne dormions pas, avons vu un serpent dont le diamètre peut être estimé à plus d’un mètre. Il était très difficile d’estimer sa longueur. Ce qui sautait aux yeux, c’était bien la tête du reptile“. Il renchérit : “Etant donné que la tête était à une hauteur qu’on peut évaluer à 3m, nous avons pu observer qu’il s’agissait, ni moins ni plus, d’une tête humaine. Est-ce celle d’un homme ou d’une femme ? C’était aussi difficile de le savoir“.

Seulement, poursuit-t-il, “lorsqu’on jette le regard sur l’animal, on s’aperçoit que sous la tête, il y a un cou et sous ce dernier, une poitrine avec des pattes et des seins qu’on ne saurait assimiler à ceux d’une femme. C’est la longueur infinie du ventre qui donne la forme de serpent à l’animal“. Il conclut en ces termes : “ Le monstre n’était pas agressif“. Il raconte que lorsque le véhicule s’est immobilisé à dix mètres environs du monstre, celui-ci est resté debout pendant plus de trois minutes dressé en face comme pour laisser un message.

Malheureusement, personne des cinq passagers de la voiture n’a eu le courage de descendre, encore moins de lui adresser la parole. Seulement voilà, peu avant de disparaître dans la brousse, le monstre se serait abaissé et aurait posé sa tête sur la vitre du véhicule comme pour leur dire : “Celui que je cherche n’est pas parmi vous, continuez votre route et faites bon voyage. Bye !“.

Certaines rumeurs ont fait état de mort d’hommes dans le milieu, affirmant même que le nombre de décès serait quasiment élevé depuis le début des travaux de contournement. Des sites web et des médias ont amplifié ces rumeurs difficiles à vérifier. Somme toute, cette affaire de fétiches commence par être sérieuse.

Il n’y a pas longtemps, nous publiions dans nos colonnes les exigences du vodou d’Agoè qui aurait réclamé un taxi moto et un portable pour autoriser les travaux de construction du marché à Assiyéyé.

Pas plus que la semaine dernière, c’était le tour du fétiche d’Agbalépodogan qui aurait exigé la bagatelle somme de trois millions de Fcfa pour autoriser la réalisation du bassin de rétention d’eau à Agbalépédogan.

Il est plus qu’important de se poser un certain nombre de questions : Est-ce vrai ce que l’on nous apprend ? A quelle fin sont colportées ces rumeurs ? A qui profitent-elles ? Et si la capture du fétiche de la faille se vérifie, est-ce sa capture ou son massacre sont la bonne stratégie ? Que dit l’Etat, ” propriétaire légitime ” du monstre ? L’Anglais dit : Wait end see !

B.Talom

Togoportail, toute l’information à votre portée

Advertisement