pub
Faits divers

GHANA : Un CV posthume empêche l’inhumation d’un cadavre exceptionnel à Ho

Advertisement

Des habitants de Ho-Bankoe, une localité située dans la région du Volta au Ghana, demandent au roi Togbui Afede XIV de suspendre les préparatifs funéraires du feu George Kleh, un brigand de grand chemin, abattu en novembre dernier à Accra par la Police. Pour les habitants, il n’est pas question d’accorder une sépulture pour le défunt car durant toute sa vie, il a commis assez de crimes qui ont terni la renommée de leur localité dans tout le Ghana.

Le corps de George a été racheté par ses parents auprès de la morgue de l’hôpital de la Police à Ho, la capitale de la région du Volta, à 1.000 Ghana cedis soit plus de 300.000 F Cfa afin de lui rendre des derniers hommages, lesquels ils programment être des céramies somptueuses.

De son vivant tout comme dans sa mort, George Klee a réussi à s’attirer les foudres de sa communauté d’origine contre sa personne. Sa dépouille mortelle risque de ne pas bénéficier du respect qui est dû aux morts en Afrique ni aux éloges circonstancielles qui blanchissent souvent la biographie d’une personne même si elle a mal vécu.

A en croire nos confrères du Herald à Accra qui suivent ce dossier, le corps de George a été réceptionné par Francis Kleh, le frère ainé du défunt. Ce dernier qui n’était malheureusement pas en grande forme est emporté par une insuffisance rénale. Les deux sont à la morgue de l’hôpital régional de Ho.

Dans toute cette histoire, ce qui irrite les populations c’est l’ampleur des obsèques que la famille veut organiser pour George le célèbre brigand de 30 ans. Des indiscrétions révèlent que la famille éplorée veut organiser des funérailles somptueuses afin d’accorder le respect à la mémoire du disparu. Dans un passé récent, les obsèques de Bénédicte Kleh, la sœur cadette du brigand, elle aussi un escroc notoire, avaient entrainé un déferlement de brigands armés dans la localité pour rendre des hommages à leur consœur.

C’est fort de tous ces faits antérieurs, que les populations s’opposent aux obsèques de George par peur que d’autres brigands ne viennent les terroriser. Du testament de George, conducteur de véhicule de son état, il ressort qu’il prenait ses passagers en otage en chemin et les dépouillait de leurs biens. Peu avant qu’il ne tombe dans les mailles de la Police à Accra, George et un complice ont braqué une voiture à Tema, la ville portuaire du Ghana, avant de tenter un autre coup à Accra, lequel leur a été fatal lors des échanges de tirs avec la Police.

Aujourd’hui tout le monde est suspendu aux lèvres du roi Togbui Afede XIV s’il va accéder ou non au refus d’ensevelissement du malheureux brigand abattu par la Police et dont le corps a été racheté par des proches.

C.A.

Togoportail, toute l’information à votre portée

Advertisement