pub
Politique

GHANA : Présidentielle 2012, le choix d’un vice-président fait rage dans le NPP

Advertisement

L’ex Président du Ghana, John Agyekum Kufuor, est sorti de sa réserve pour demander aux militants et sympathisants du Nouveau Parti Patriotique (NPP) de laisser le candidat Nana Akufo Addo seul, le temps qu’il fasse un choix judicieux pour son colistier pour le poste du vice-président du pays. Kufuor a lancé cet appel le 8 décembre dernier à Accra sur une radio métropolitaine de la capitale, Accra, lors de la célébration de son 73e anniversaire.

Le retard qu’accuse le principal candidat de l’opposition Akufo Addo pour choisir un candidat qui doit servir comme un vice-président au cas où il est élu en décembre 2012, met actuellement une pression énorme sur le NPP. Plusieurs candidats pressentis à ce poste tels que Mahamudu Bawumia, Alhaji Nurudeen Jawula, Ambroise Dery, Alhassan Haruna ont activé leurs réseaux de lobbying, mais celui qui doit faire le choix, prend son temps et continue de sonder l’atmosphère politique. Face à ce suspens, certains poids lourds du parti et des medias commencent à appeler la direction du NPP à trouver une réponse à ce suspens parmi les candidats qui se manifestent.

En tant que personne ressource du NPP, Kufuor pour apaiser les tensions a déclaré « le parti ne choisit pas un colistier pour le candidat à la Présidence. Je prie que Dieu assiste notre porte-flambeau à faire le bon choix. Le choix d’un vice-president est comme le choix d’un partenaire conjugal. Les parents ne peuvent pas imposer un partenaire à l’homme mais seulement ils peuvent lui donner des conseils. La décision finale revient à l’homme ».

Auprès de la base du parti, certains jeunes avaient très tôt brandit la question d’appartenance ethnique en intimant l’ordre à Akufo de designer son vice-président dans la région centrale du Ghana. Pas plus tard qu’en début de cette semaine, un ancien ministre du régime de Kufuor lui est allé à l’encontre de la tradition non écrite et qui veut que pour balancer le pouvoir, le candidat présidentiable doit choisir son candidat dans la région septentrionale du Ghana. Pour ce dernier le candidat Akufo a fait une erreur monumentale lors de la présidentielle de 2008 qu’il a perdu et partant de là, il ne doit plus faire son choix en se basant sur des critères ethniques ou religieuses mais plutôt sur la compétence.

Dans tout ce brouhaha, le principal concerné est entrain de murir sa réflexion pour faire connaitre aux militants dans les jours à venir son colistier. Mais pour l’heure après avoir été blanchi par les autorités américaines dans une ténébreuse affaire de drogue dans laquelle il serait mêlé, les medias l’accusent à nouveau d’avoir foulé au pied un lieu de culte en urinant sur le mur d’une mosquée. En croire des sondages qui lui sont favorables, l’on est tenté de dire qu’en attendant son jour de gloire, Nana Akufo Addo poursuit son chemin de croix fait de monts et de vallées.

C.A.

Advertisement