pub
Faits divers

GHANA : Une Cour traditionnelle condamne un Roi à payer 7 moutons et fait justice à Rawlings

Advertisement

Le Conseil traditionnel de Nia, un royaume située dans la région Ashanti au Ghana, a tranché le 9 octobre dernier l’affaire dans laquelle est impliquée le Roi Nana Nanabanyin Ninsin-Imbeah II, chef Mfantse de la communauté Angola/ Oforikrom à Kumasi. A l’issue du jugement, Ninsi-Imbeah II, a été reconnu coupable et est amendé à payer 7 moutons et une somme de 400 cedis Ghanéens soit environ 125 oooF Cfa. Les faits reprochés au roi sont contenus dans une déclaration dans laquelle il a appelé à la suspension de l’ancien Président Jerry John Rawlings du Congrès National Démocratique (NDC), parti au pouvoir au Ghana, pour ses implications dans la révolution historique 4 Juin au Ghana.

L’ex Président Jerry Rawlings peut savourer une victoire inattendue que vient de lui rendre la justice traditionnelle de la région Ashanti. Les faits qui remontent en juin dernier sont liés à la célébration du mouvement de la révolution du 4 Juin, un événement que les partisans de Rawlings commémorent chaque année pour marquer le changement imposé à la tête du Ghana par leur champion en 1979.

A l’occasion de la célébration de l’événement cette année à Kumasi, le Roi Nana Nanabanyin Ninsin-Imbeah II, qui est un ancien membre du mouvement des Femmes du 31 Décembre, une autre structure alliée de la révolution du 4 Juin, appelé le Comité national du NDC à suspendre Rawlings des instances du parti jusqu’à ce qu’à ce qu’il fasse la lumière sur une déclaration dans laquelle il a révélé que certaines personnes au sein du gouvernement du Président Atta Mills sont corrompues et sont par conséquent dans le même lit avec le Nouveau Parti Patriotique (NPP), ex parti au pouvoir.

Le Conseil après avoir analysé la nature de l’accusation portée contre le Roi Nana Nanabanyin Ninsin-Imbeah II, a trouvé que ce dernier a fait interférence dans le débat politique national, ce que n’autorise la charte des rois et aussi pour avoir manqué de considération à un autre roi. Sur la base de ces reproches, Ninsi-Imbeah II, a été jugé coupable et amendé par la Cour traditionnelle a payé 7 moutons, une somme de 400 cedis Ghanéens et à présenter ses excuses à la chefferie au nom de la paix dans le royaume.

L’accusé a fait amende honorable, reste à payer ses amendes au plus tard fin décembre 2012 pour que le Conseil aille délibérer le verdict de la Cour à Manhyia, le Palais Royal régional.

C.A.

Togoportail, toute l’information à votre portée

Advertisement