pub
Politique

Fin des audiences de la CVJR

Advertisement

Débutées le 09 novembre dernier, les audiences de la CVJR dans Région maritime ont pris fin ce jeudi 17 novembre avec les auditions des togolais de la Diaspora et des audiences sur requête. L’étape de cette région mais ainsi fin au audiences publiques, in camera et à huis clos de la CVJR. Plusieurs dossiers relatifs au violations des droits humains aux meurtres, abus d’autorités et autres ont été examinés au cours de cette phase. La population togolaise est en attente des recommandations de la commission afin que les togolais soient effectivement réconciliés entre eux.

Elle aura été une des étapes les plus importantes des auditions de la CVJR. En effet la phase de la région maritime même si elle n’aura pas réconcilié immédiatement les togolais aura permis de faire un peu de lumière sur les plus grandes violations de droits humains à caractère politique dans l’histoire du Togo.

Encore faut-il le rappeler les auditions de la région maritime sont portées entre autres sur les événements tragiques de Fréau Jardin en janvier 1993, la tentative de coup d’Etat du 25 mars 1993, les violences liées à la présidentielle d’avril 2005 et plus autres formes de violations de droits humains.

Toujours concernant la mort du jeune leader Tavio Amorin, Militaire togolais reformé qui réside actuellement au USA a déclaré avoir été victime de stigmatisations et des injustices pour avoir conduit la délégation qui a remis au premier ministre le sac contenant les pièces d’identité des auteurs de l’assassinat et les armes du crimes.
Il subira plus tard les brimades du très célèbre Major Kouloum dans la région des plateaux qui l’aurait confondu à un auteur de coup d’état.

«La Commission note un nouvel aveu de participation directe à la préparation et à l’exécution de la tentative de coup d’Etat du 25 mars 1993. Le présumé auteur déplore et regrette les pertes en vies humaines qui en ont résulté involontairement, demande pardon à toute la nation togolaise et présente ses condoléances aux familles des victimes.

Malgré le souvenir encore vivace de certains événements malheureux et des plaies encore vives dans la mémoire collective, certains témoins et victimes recommandent des mesures favorables à la réconciliation et au pardon. La Commission exhorte les victimes à ne pas
cultiver l’esprit de vengeance et donc à privilégier le pardon », pouvait-on lire dans le communiqué finale ayant sanctionné les audiences de Lomé et partant de tout le pays.

Les prochaines étapes du processus seront communiquées au cours d’un point de presse dans les jours à venir, nous a expliqué le doyen Amévi Dabla.

Il faut noter qu’après la phase des dépositions et des auditions les togolais attendent avec impatience celle des réparations et des recommandations.

Roger Adjafo

Togoportail, toute l’information à votre portée

Advertisement