pub
Enquêtes & Interviews

Autopsie du manque d’aide à l’art et à la culture au Togo : Le cas de Afia MALA, la diva au cœur d’or

Advertisement

Afia Mala, la diva de la musique togolaise boucle ses 37 ans de carrière musicale; évènement qu’elle s’apprête à célébrer dans le mois de décembre prochain pour le bien de ses fans et mettre les recettes générées, dans les œuvres humanitaires que mène sa fondation Vie et Vivre. Dans le cadre des préparatifs de cette célébration, des écueils ne manquent pas de faire ombrage au projet en matière de peu d’engouement autour des dossiers de sponsoring soumis ça et là. Ralph Kinto, artiste musicien et proche collaborateur de la vedette, vient de porter, dans une autopsie à la limite réquisitoriale, son regard d’analyste sur la situation, en relevant les amalgames et pesanteurs contraignantes qui gangrènent le secteur musical; Bien que consciente de l’insuffisance des moyens et ressources dont elle a besoin pour son accomplissement et son propre épanouissement, Afia Mala ne se décourage guère de développer son amour, plutôt sa passion insoupçonnée pour le bien être des déshérités. Son engagement dans l’humanitaire ne fait pas à quelques exceptions près, de référence, ni d’équivalence sur la Terre de nos aïeux. Bonne lecture, chers internautes de Togoportail.net

Pendant que des concitoyens créent, qui ONG, qui Fondations pour être aidé, à aider, Afia Mala, la vedette internationale Togolaise qui a le cœur dans la main, créé la fondation VIE ET VIVRE, pour plutôt partager, dans le plaisir de la vie, ce qu’elle gagne de ses propres efforts d’artiste avec des enfants des milieux pauvres et non pourvus.

C’est ainsi que depuis environ huit ans, elle fait périodiquement du chemin vers des centres hospitaliers, des orphelinats, et des campagnes, pour soit donner médicaments, matériels de santé, soit distribuer vivres, fournitures scolaires sous kits complets et parfois même de bourses aux meilleurs méritants des promotions au CEPD dans quelques écoles de VO-SUD, sa région natale.

Sans ignorer le fait qu’avant elle, il y a eu des citoyens vaillants qui ont offert à leurs propres villages et environnants des bâtiments scolaires, aux primaires, collèges, voire lycée et plus encore, il faut relever à juste titre ce détail important selon lequel tout ce monde ne sont pas comparables à un artiste Togolais.

Cependant, ce qui parait un peu légendaire dans le cas de notre sœur et, qui est loin d’être comparable au cas de pleins de ces Togolais richissimes, c’est le fait qu’elle se soit donnée le devoir de participer à l’édification infrastructurelle de la nation, malgré que cette dernière en réalité, ne lui ai jamais apporté quelque soutien officiel (ni matériel ni politique), durant ses 37ans de carrière à travers lesquels, elle a toujours porté par sa musique, les étendards qui auréolent son pays le Togo devant de grands publics, à travers le monde.
Cela s’appelle Amour de la Patrie.

Ainsi, par ses fonds propres, elle a décidé d’offrir au village de Sape, (à six km de la ville de Vogan) et ce, par ricochet à l’Etat Togolais, un grand bâtiment scolaire de trois classes, doublé d’une direction, de bibliothèque et de latrines ; ceci avec le soutien de quelques proches, qui voudraient bien la congratuler de cette volonté rare et, surtout méritante qui l’étreint au cœur. Alors qu’elle prépare d’arraches pieds son 37ème anniversaire de carrière musicale pour décembre 2011 ; placé sous le thème : « la promotion de la scolarisation de l’enfant et le bien être de la mère ».

Cette dame adore tellement être aux cotés des enfants, surtout des enfants non pourvus de véritable maternage, je veux dire les enfants des milieux très pauvres. Cela l’emmène souvent dans des randonnées de découvertes sur des pistes rurales de sa localité d’origine pour offrir des dons à l’occasion. Son cris de cœur est toujours, je cite : “La pauvreté est trop grave chez nous, comme ca fait pitié ; Mon cœur ne la supporte guère, c’est injuste.” Fin de citation.

Un tel acte citoyen que pose notre compatriote artiste “de surcroit”, d’année en année pour apporter sa petite pierre à l’édification du Togo, cette cantatrice qui, est l’un des rarissimes citoyens Togolais à pouvoir sillonner ce monde avec le nom et le drapeau de notre pays, n’est–elle pas qualifiable voire honorable, de patriote promotrice de la solidarité citoyenne ? Je ne veux pas dire solidarité nationale qui à mon sens n’est qu’un discours politicien, transcendant les mandats à perpétuité, une signalétique simplement affichée…

Une compatriote battante, hyper sensible à l’extrême pauvreté de certains milieux togolais, innée de maternage qui, n’a de soucis que de partager son pain et même ses revenus financiers à fournir : kits scolaires aux enfants pauvres, bâtiment d’école, des médicaments et autres matériels de soins à l’Etat, peut-elle ne pas être soutenue dans le cadre de l’organisation de cet événement d’envergure dont, le but principal est de verser les recettes à sa Fondation pour continuer ses œuvres sur d’autres Togolais d’autres recoins et, ceci au profit de l’avenir de notre pays ?

Paradoxe, puisqu’au moment où, artistes internationaux et personnalités admiratrices d’autres cieux lui manifestent leur soutien par téléphone ou messages, et d’autres qui, lui donnent leur accord à venir participer à la fête en signe de soutien, nos argentiers togolais, doivent-ils fermer les yeux et boucher leurs oreilles sur les dossiers de demande de sponsoring qui passent sur leur bureau ? Qui peut l’imaginer ? Ce n’est pas à souhaiter.

Mais, nous devons être surs et plus que persuadés qu’à une telle allure, si, jamais cela arrive, notre pays manquera indiciblement de donateurs et bienfaiteurs authentiques et : ce sera préjudiciable à l’esprit de solidarité nationale tant mis en propagandes par l’Etat. Et, ce sera la paraplégie pour le développement culturel au Togo.

La vedette Afia Mala est incontestablement une diva africaine aujourd’hui, et nul ne peut me contredire. Elle est alors une fierté nationale, la seule perle africaine qui est aujourd’hui entrée dans ce cercle mondial des SALSA LADIES. Pour cela, elle mérite le sursaut souteneur de tout le peuple togolais et de ses dirigeants, à cette occasion nous lui devons notre reconnaissance, afin de parfaire la réussite de ce trente et septième (37ème) anniversaire de carrière qu’elle se décide à célébrer normalement sur tout le territoire national, à travers une tournée de contact avec le Togo profond et deux représentations de haut standing à Lomé, les 16 et 17 décembre 2011, si et seulement si tous “les paramètres sont bons”.

A ce son de cloche notre devoir citoyen à nous, communicateurs, c‘est d’écrire, de publier au fur et à mesure des étapes, pour sensibiliser et exhorter à haut débit le public national, tout comme de l’extérieur, les diasporas Togolaise et africaine, des pays voisins comme le Bénin et le Burkina longtemps terres conquises de la diva, à la soutenir de près ou de loin, par leurs participations diverses et pour le bien de la culture togolaise et africaine.

Ralph Kinto

Togoportail, toute l’information à votre portée

mala_afia.jpg

Advertisement