pub
Culture

Musique!!! Le Come back de Master Popa (artiste togolais de la chanson) en Ordre de mission

Advertisement

Le colonel de la musique togolaise, Masta Popa est de retour avec un nouvel album de 12 titres. Cet album a été lancé le 17 septembre dernier à Lomé. Pour votre plaisir, nous avons chopé l’artiste en plein tournage d’un clip des Toofan. Voici ce qu’il nous a livré.

Après ce long silence on peut vous dire bon arrivée avec votre nouvel album?

Comme vous voulez. Il est vrai que « Bazooka » est sorti il y a deux ans et demi. Mais cet album est toujours en vogue sur les chaines télés et radios. Il est toujours en vogue auprès du public togolais. Ces deux années de silence, je les ai passées au studio pour la réalisation de mon troisième album dénommé «Ordre de mission». Je ne dois pas penser que les gens acceptent toujours de consommer l’ancien et me permettre de ne plus leur apporter un nouveau. Par la grâce de Dieu, chaque jour l’inspiration me vient.

Vous disiez que c’est le studio qui vous appris tout ce temps?

Tous les artistes ne travaillent pas de la même manière. Je ne m’amuse pas avec le coté qualité. Je respecte beaucoup les consommateurs et pour cela je n’ai aucune raison de leur proposer un produit qui ne soit pas à la hauteur. Lorsque je rate par exemple un mixage, je demande à mon équipe de le reprendre. Même s’il faut reporter le mixage, je suis prêt à le faire. La qualité n’a pas de prix chez moi. C’est la réalisation, le tournage des clips qui m’ont pris ce temps que vous déplorez. Toujours dans ce sens, j’ai fait venir Serial Kil de la Côte d’Ivoire. Au cours de ces deux ans, j’ai pu tourner deux clips qui sont déjà sur le marché.

Pourquoi allez solliciter des expertises jusqu’en Côte d’Ivoire, n’y en a-t-il pas au Togo?

Si, il y en des personnes de qualité au Togo. Mais vous savez, il faut que nous soyons franc. Lorsqu’on parle des gens comme Boss Player, c’est des gens qui font du bon travail. J’ai préféré cette expertise puisqu’il a une expérience dans ce domaine. En plus de l’expérience, il a du matériel qu’il faut. Vous savez le monde musical actuel, c’est une question d’expérience et du matériel. L’improvisation n’a plus sa raison d’être. Cela ne veut pas dire que Master Popa ne va plus travailler avec les réalisateurs togolais. Je vais toujours travailler avec eux. Mais pour cet album, mon staff a jugé bon que mes œuvres soient tournées par Serial Kil pour permettre de les commercialiser à l’extérieur du Togo.

Êtes-vous satisfait du succès qu’a connu Bazooka?

Bien sûr, cet album a été vendu à plus de 4000 exemplaires. D’ailleurs, c’est Bazooka qui a ouvert la voie à « Ordre de mission ».

Concernant la rythmique, vous avez fait du kamou avec les frères Héritiers. Aujourd’hui, vous vous penchez plus du côté des rythmes ghanéens. Pourquoi ce revirement?

Avec les Héritiers, nous avons défendu les valeurs africaines. Mais Master Popa fait de l’afro hip hop. Je suis un rappeur africain et je ne me limite pas seulement au Togo. Il est vrai qu’il y a des bips high life dans ma musique mais tous les bits ne le sont pas. C’est dans ‘‘Akpéna Mawu’’ et ‘‘Chérie coco’’ que vous pouvez sentir du high life, le reste c’est de l’afro hip hop.

Vous avez chanté du gospel sur votre nouvel album. Est-ce que Master Popa s’est converti ou est-ce une stratégie marketing?

Les gens pensent que ceux font du rap ne connaissent pas Dieu. Je suis un croyant. Et je suis très reconnaissant pour ce que Dieu a fait pour moi. Sur le titre ‘‘Christo’’ du nouvel album, j’ai joué le rôle d’avocat de Jésus Christ. Parce que les gens oublient que c’est à cause de nos péchés qu’Il a été crucifié. D’autres vivent comme s’Il n’était pas mort pour eux.

Quel regard portez-vous sure le rap togolais?

Moins en moins de rappeurs de notre génération arrivent à imposer leur musique. Et plusieurs ont lâché. Ceux qui sont là, c’est seulement avec des singles. Par la grâce de Dieu, je continue à sortir d’album ce qui n’est toujours pas facile.

Sur votre album, nous avons constaté que vous vous êtes mis en tenu militaire. Vous allez en guerre contre qui?

Contre personne. Je suis un combattant de l’afro hip hop. Je vais en guerre pour rehausser mon nom dans le monde du rap africain. Avec cet accoutrement, je veux porter haut le drapeau de mon pays le Togo que j’aime tant.

Dernièrement Amron a dit être le meilleur et qu’à part lui il n’ya personne. Que pensez-vous de ces déclarations?

C’est vous qui m’informez. Moi, je n’ai pas appris ça. Je n’étais pas au Togo. J’étais à Accra et Abidjan pour la finition de mon album.

Vous venez d’être informé.

Il faudra que j’entende ça de la bouche d’Amron.

Vous prétendrez-vous quand meilleur à lui?

Je ne suis pas là pour me comparer à qui que ce soit. Nous ne faisons pas la même chose, donc ne cherchez pas à comparer ce qui n’est pas comparable.

Vous êtes dans ce monde musical il y a plusieurs années et vous laissez de nouveaux venus se prétendre les meilleurs?

Vous avez raison de dire que je suis dans ce monde musical, il y a plus de 10 ans. Et pour confidence lorsque vous allez voir Ayigbé Edem pour qu’il vous produise, forcement on doit vous écouter d’abord avant que vous n’entriez en studio. Moi, personne ne m’a pas écouté. Je suis allé directement en studio. Ma musique est jouée dans des boîtes de la sous région : qu’est-ce que j’ai encore à envier à ceux qui disent qu’ils sont les meilleurs ou qu’après eux c’est le vide? Je ne veux pas me comparer à un rappeur togolais. Mon souci, c’est de rentrer dans la classe des grands. D’ailleurs, j’ai fini depuis avec le Togo et il n’y a pas de villages sur le territoire où je n’ai pas encore presté. Partout, je suis allé apporter ma musique à mes frères et amis. Partout au Togo les gens fredonnent mes morceaux. C’est lorsque la musique d’un artiste marche que cela arrive.


Ayigbé Edem est une référence en Afrique pour vous?

Malgré que les Sud africains, les Nigérians et autres pays anglophones ne comprennent pas la langue dans laquelle il a chanté, ils arrivent à faire bouger des scènes. Je respecte son flow et je rêve de travailler un jour avec lui.

Emmanuel Atcha

Togopotail, toute l’informatio à votre portée

Advertisement