pub
Faits divers

Faits divers : Elle est morte la belle Mèhèza

Advertisement

Mèhèza était une très belle et très coquette jeune femme. Sa forme, son élan plaisaient beaucoup à Alex, son mari qui ne cessait de le lui dire. La démarche de Mèhèza, le dandinement de son derrière et les ‘‘galops’’ de sa poitrine scandée vers le haut faisaient accroître, chaque jour l’amour d’Alex pour elle.

Naturellement, Mèhèza faisait tout pour se maintenir toujours attirante pour son mari. Elle utilisait des produits pour maintenir ses seins toujours ronds et bien pointant sous sa robe, passait des pommades sur ses fesses pour les rendre plus charnues et plus tombantes.

Mèhèza prenait véritablement soins de sa personne! Elle disait même qu’elle n’allaiterait pas ses enfants aux seins de peur que ses belles ‘‘collines’’ pointues ne s’émoussent. Mais depuis huit mois, Mèhèza était enceinte. Elle commençait donc à s’inquiéter.

Accouchera– t–elle normalement sans que sa gracieuse démarche ne soit affectée? Mèhèza ne cessait d’y méditer. Sa peur devenait encore plus grande lorsque ses voisines, lors de leurs causeries, lui donnaient des exemples de femmes ayant perdu leur mobilité après accouchement. Notre amie décida alors de se faire opérer pour éviter «tout problème». Mais son mari n’était pas d’avis. Aussi n’ont-ils pas d’argent pour faire face aux dépenses.

Mèhèza tentait toujours de convaincre son mari quand, tomba la nouvelle de la gratuité de la césarienne. «Tu ne va plus rien payer; c’est l’Etat qui prendra en charge toute l’opération et moi je demeurerai intacte pour toi», disait – elle à Alex.

Le neuvième mois venu, Mèhèza alla voir un chirurgien de l’hôpital de la ville. Celui-ci accepta l’opérer bien que la femme ne ressentait aucune douleur précurseur. L’opération fut faite. Un joli garçon bien potelet et rayonnant de bonne santé fut sorti de ses entrailles. Mais, depuis quarante-huit heures, on tentait de réanimer Mèhèza en vain. Lui aurait-on injecté une dose trop forte d’anesthésique? Personne ne saura le dire. Mais une chose est sûre, elle a bénéficié de la césarienne gratuite et a enfanté sans la moindre douleur du travail.

Joseph
Togoportail, toute l’information à votre portée

Advertisement