pub
Politique

CVJR à Atakpamé : Violences post électorales de 2005 à l’ordre du jour

Advertisement

Plusieurs fois cité par les déposants à la CVJR d’être le cerveau et
le chef hiérarchique d’une milice RPT qui est à l’origine de la mort
et la désolation a Atakpamé avant pendant et après les élections
d’Avril 2005 au Togo, le major Kouloum qui intervenait le 17 octobre
devant la commission a réfuté toutes les allégations l’accusant d’être
impliqué dans ces évènements et a plutôt rejeté la responsabilité sur
les militants de l’opposition de la ville.

Au lendemain de l’audience du major Kouloum, personnalité tristement célèbre à Atakpamé, les FAT exerçant leur droit de réponse sur les évènements “douloureux d’Atakpamé” ont affirmé le contraire.

Selonles FAT le rétablissement de la sécurité après les présidentielle
d’Avril 2005 a été très difficile car «tant les deux milices pro et
contre le régime RPT s’affrontaient de manière laborieuse et acharnée
» à Atakpamé. Une déclaration qui sonne comme un désaveu au major qui a rejeté catégoriquement la responsabilité et l’éventualité de l’existence d’une milice pro RPT dans les évènements sanglants d’Atakpamé.

Les accusations impliquant le major révèlent des atrocités inhumaines
exercées par ses hommes de main notamment un certain “blanc blanc” qui en cette période enlevait les militant de l’opposition et les
torturait au sige du RPT de la ville d’Atakpamé selon un présumé
victime qui était tombé dans le maille de cette milice.

Selonce temoin, le siège du RPT à Atakpamé ne l’est que de nom. Il a affirmé qu’enlever et amené dans ce qu’il appelle plutôt un centre de torture de kouloum, il a été molesté dans une chambre très noire où il écoutait le gémissement d’autres personnes. Selon le rescapé, lorsqu’il était complètement faible on l’a lié en vue de le brulé vif par après.

Il serait délivré miraculeusement. Selon d’autres témoignages impliquant le major, la milice à sa solde a par exemple “mis en morceau” à coup de machettes un opposant après avoir violé sa femme.

Rappelons que les audiences à Atakpamé ont porté sur les déplacements de population, les violences électorales de 2005 et sur des dossiers sur requête.

Germain Kokoura depuis Atakpamé, envoyé spécial

Togoportail, toute l’information à otre portée

Advertisement