pub
Politique

Togo : Me Joseph Koffigoh, grand témoin de l’attaque de la primature de 1991, devant la CVJR

Advertisement

Que s’est’il exactement passé le 03 Décembre 1991 à la Primature du Togo ? La question a été au menu des audiences de la Commission Vérité Justice Réconciliation de ce Jour. Audiences ouvertes sans surprise par Monseigneur Barrigah, Président de ladite Commission.

Me Joseph Kokou Koffigoh, Premier Ministre en 1991 au Togo, était hier devant la CVJR comme première victime de l’attaque de la primature à l’époque. C’était le 03 décembre 1991 que l’institution a fait l’objet d’attaque armée avec un bilan non moins lourd. Il est appelé à raconter ce qui s’est exactement passé à la primature en cette date.

Il ressort des auditions que l’attaque de la primature a été menée par les Forces Armées Togolaises. Celles-ci se disaient mécontentes de la gestion du contentieux politique résultant de la dissolution du Rassemblement du Peuple Togolais par le Haut Conseil de la République, Parlement de la transition issu de la Conférence Nationale de 1991.

Le Premier Ministre Joseph Koffigoh, affirme avoir pris la décision, après mure réflexion, de saisir l’opportunité historique que constituent les audiences de la CVJR, pour éclairer le peuple Togolais sur les circonstances exactes de cet évènement, les conditions de sa reddition et ses convictions profondes quant au processus de démocratisation en cours dans le pays.

Pour lui, de telles atrocités ne devraient plus jamais se reproduire sur la terre Togolaise. Mais bonne nouvelle peut-ètre pour la Commission : Joseph Koffigoh affirme avoir pardonné à tous ceux qui avaient planifié et exécuté cette attaque.

Soulignons aussi que les familles des victimes qui ont accepté prendre part à l’audience publique de ce lundi, ont partagé avec le public et la Commission les difficultés et souffrances engendrées par la perte des leurs proches au cours de cette attaque.

Ajoutons que la séance de ce lundi a touché aussi du doigt les circonstances du décès du Vice-Président Antoine Méatchi. Un seul témoin à la barre publique; Ce dernier du nom de Antoine Matche informe que Antoine Méatchi avait été arrêté au motif qu’il nourrissait des ambitions pour la Présidence, et empoisonné à Mango, il a été soumis à la diète puis achevé par un groupe de prisonniers désignés à cette fin. Les audiences reprennent ce mardi.

Firmin Teko-Agbo

Togoportail, toute l’information à votre portée

Advertisement