pub
Politique

La CVJR et des témoignages poignants…La part de vérité de la grande muette

Advertisement

« On veut la tête de notre père»
C’était le cri de désespoir des enfants d’un gardien de préfecture décapité lors des événements de Kéve en 1991. En effet, au cours de cette journée, les élèves déchainés à cause de l’enfermement du gardien du collège Maman N’danida de Kévé ont organisé des manifestations de vives protestation. Les gardiens de préfecture ont échappé à la colère de la population, sauf un qui sera pris à parti, avant d’être lynché et décapité.

Selon les révélations des enfants du défunt, ceux-ci ont connu une période de difficultés inimaginables jusqu’à ce qu’il ne se retrouve même à la rue. Les enfants ont montré la photo de leur père assassiné avec une émotion palpable et ont demandé à ce que la commission œuvre pour qu’il retrouve la tête de leur père. «On veut la tête de notre père sans cela on ne peut pas pardonner» a déclaré un fils du défunt.

La commission à auditionné en tout cinq personnes en ce jour bouclant ainsi la première étape de Lomé.

La part de vérité de la grande muette

Les Forces Armées Togolaise ont présenté un droit de réponse à la CVJR notamment par rapport aux évènements de la lagune de Bè et à l’attaque de la primature.

Selon la déclaration Forces Armées Togolaises, le premier ministre Joseh Koffigoh avait sous son contrôle les éléments désignés sous le vocable « Association des Militaires Démocrates» sans avis de leur chefs hiérarchiques et des éléments étrangers.

D’ailleurs, pour les Forces Armées Togolaises, le premier ministre était allé à l’étranger négocié l’intervention d’une puissance étrangère conte l’armée togolaise. Poursuivant ils ont déclaré que c’est à cause de cette situation qu’ils ont entrepris les négociations avec leurs frère à la primature pour éviter l’anarchie mais ils se sont heurtés à leur résistance « la riposte s’en est suivie avec tous les dégâts et conséquences».

Concernant les évènements de la lagune de Bè, la grande muette a indiqué que les corps repêchés dans la lagune de Bè étaient ceux des manifestant qui ne savaient pas nager et qui fuyant les forces de l’ordre se sont jetés à l’eau.

« Les forces de Armées Togolaise adhèrent à la politique de réconciliation nationale prônée par le chef de l’Etat et tiennent à soutenir et à encourager la CVJR dans ses activités » ont tenu à préciser la délégation des Forces Armées Togolaises.

Germain Kokoura

Togoportail, toute l’information à votre portée

Advertisement