pub
Médias

REVUE DE PRESSE

Advertisement

Le rebondissent dans le dossier de tentative d’atteinte à la sûreté de l’Etat, le report du procès Eugène Attigan et la situation alarmante des CHU de Lomé, sont les sujets qui meublent la revue de presse de cette semaine.

L’affaire de tentative d’atteinte à la sûreté de l’Etat que les médias togolais appellent volontiers « Kpatchagate » connaît un nouveau rebondissement avec à la clé l’arrestation du Général Assani Tidjani et la clôture de l’instruction du dossier.

Abordant ce sujet, « Le Potentiel, no 63 du 2 août 2011 » qui titre en manchette : « Affaire d’atteinte à la sûreté de l’Etat : Un dossier clos avant même d’avoir été ouvert » écrit : «Ces dernières semaines, deux chapitres aux contours tout aussi flous que l’affaire elle-même, se sont ajoutés à la célébrissime affaire de tentative d’atteinte à la sûreté de l’Etat qui depuis plus de deux ans focalisent les attentions et suscitent les passions aussi bien au sein de la classe politique et sociale que dans les landernaux des médias togolais. D’abord l’arrestation du Général Assani Tidjani puis celui de l’ouverture et aussitôt de la fermeture du dossier par le Procureur Général. Un record de vitesse qui selon certains, n’en ajoute que plus à l’incompréhension qui entoure ce dossier déjà bien scabreux. On apprend en outre en filigrane que l’arrestation du Général Tidjani a permis de clôturer le dossier. Qu’a –t-il révélé d’aussi gros qui puisse enfin mettre en branle un dossier dont on espérait plus le dénouement, il était évident de l’embarras que celui-ci causait à Faure et à ses laboratoires».

Suite à la nouvelle tournure que prend cette affaire, « Chronique de la Semaine, no 157 du 4 août 2011 » titre en manchette : «Affaire d’atteinte à la sûreté de l’Etat : Kpatcha Gnassingbé bientôt devant la justice » et note: «Ce qui est évident, c’est que le chef de l’Etat n’a aucune raison d’inventer cette histoire dans l’intention de nuire à son frère si le cas n’était pas avéré. En tout cas, avec la clôture de ce dossier annoncée par le procureur général, la justice fera son travail en jugeant le prévenu Kpatcha et ses coaccusés en toute transparence et en toute indépendance. Ainsi, les sceptiques découvriront la réalité sur ce coup d’Etat manqué dont le cerveau n’est autre que le député Kpatcha Gnassingbé».

S’intéressant au même sujet, «Liberté, no 1020 du 1er août 2011 » titre en manchette : «Affaire Kpatcha Gnassingbé ; l’instruction clôturée : Des avocats mécontents, le Gal Tidjani nie tout, les secrets du dossier, un procès inédit en perspective».

Indiquant qu’ un grand déballage pourrait commencer après le 15 août, le confrère souligne : «L’affaire d’atteinte à la sûreté de l’Etat a connu un nouveau rebondissement le vendredi dernier avec la sortie du procureur général Atara N’Dakena, qui a annoncé que le dossier est bouclé. Les avocats sont alors invités a en prendre connaissance en attendant le grand déballage lors de la comparution de kpatcha Gnassingbé et ses coaccusés. Mais pour l’heure, les avocats sont mécontents de la procédure. Et le Général Assani Tidjani appréhendé le 21 juillet dernier nie tout».

Ce dossier ne laisse pas indifférente «L’Alternative, no 90 du 2 août 2011 » qui titre en manchette : «Affaire Kpatcha Gnassingbé-Assani Tidjani : Pression de la France, colère de Soro et Compaoré, Faure au du mur» précise «Le fameux dossier d’atteinte à la sûreté de l’Etat qui fait croupir des citoyens en prison depuis plus de deux ans va-t-il finalement livrer tous ses secrets ? Ou s’achemine-t-on vers une nouvelle diversion du pouvoir de Faure Gnassingbé pour gagner du temps ? Toujours est-il que la pression est de plus en plus forte sur le Prince Gnassingbé afin que toute la lumière soit faite sur cette ténébreuse affaire. L’arrestation et l’inculpation surprise du Gal Assani Tidjani n’ont donné qu’une tournure internationale à ce dossier ». Soutenant aussi que le jugement de kpatcha et coaccusés est imminent et que le grand déballage s’annonce, «Courrier de la République, no 233 du 1er août 2011 » qui cite Me Ajavon Zeus, l’un des Avocats de Kpatcha Gnassingbé selon qui «J’ai vu d’autres rebondissements dans le dossier » s’interroge «Tentative t’atteinte à la sûreté de l’Etat et dissolution du RPT : Faure Gnassingbé abat ses dernières cartes. Seront-elles gagnantes ?» .

Le procès Eugène Attigan est reporté sur décembre suite à certaines anomalies constatées dans le dossier par les avocats de la défense. Rappelons que Eugène est accusé de trafic de drogue et est incarcéré à la prison civile de Lomé depuis septembre 2009

S’intéressant à ce sujet, «Le Correcteur, no 273 du 1er août 2011 » qui titre en couverture : «Le procès de Eugène Attigan reporté sine die : Un silence imposé par la justice togolaise pour couvrir les vrais cerveaux du réseau?» écrit : «L’arrestation de l’animateur vedette Eugène Attigan a donné lieu a des rumeurs sur ses relations avec le pouvoir de Faure Gnassingbé. Il serait le missi dominici de plusieurs pontes du pouvoir RPT. Dans cette affaire de trafic de drogue, les noms de plusieurs personnes de l’entourage de Faure Gnassingbé seraient cités. Sinon, comment un seul individu peut-il organiser à lui seul un trafic international de drogue ? On croirait à cette version s’il s’agissait d’un dealer de quartier».

Abordant le même sujet, «Liberté, no 1020 du 1er août 2011 » titre à la Une : « Procès Eugène Attigan ; verdict repoussé : Les avocats de la défense déjouent le piège d’une parodie de justice». Révélant qu’il y a des anomalies ubuesques dans le dossier, le confrère note : «Affaire renvoyée aux prochaines Assises, c’est le verdict prononcé, par le juge Kodjo Woayi le vendredi 29 juillet 2011, dans le dossier Eugène Attigan, au terme d’une audience à rebondissements qui aura duré trois heures d’horloge. Ainsi le confrère et son coaccusé devront attendre encore pour connaître leur sort final. Comme dans toutes les affaires ces derniers temps, le nom de la lugubre ANR (Agence Nationale de Renseignement) a été encore cité dans ce dossier. C’est en somme un procès qui a remis à jour les sempiternelles plaies de la justice togolaise».

Les Centres hospitaliers universitaires(CHU) de Lomé sont dans une situation alarmante. Des produits pouvant permettre d’assurer les premiers soins aux patients manquent cruellement. Aussi des kits de césarienne sont en rupture et face à cette situation, les médecins manifestent leur colère.

Abordant ce sujet, «L’Alternative, no 90 du 2 août 2011 » titre à la Une : «Scandaleuses révélations dans la santé : CHU Tokoin, les kits de césarienne en rupture, 3 milliards de dette vis-à-vis de la CEET, des agents en Sit-in». Indiquant qu’il y a coupure de la connexion internet dans les CHU et que les médecins sont en colère, le confrère souligne : «Plusieurs raisons expliquent cette situation catastrophique : des problèmes de mauvaise gestion certainement , mais aussi la mauvaise foi et la mauvaise volonté du gouvernement qui feint de ne pas connaitre la situation et surtout qui ne veut pas que la situation soit connue de la population».

D.M.

Togoportail, toute l’information à votre portée

Advertisement