pub
Justice

Me Joseph Koffigoh demande la libération de Laurent Gbagbo après sa rencontre avec l’ex président ivoirien déchu.

Advertisement

Le premier Ministre Joseph Koffigoh condamne fermement la capture du président Laurent Gbagbo. « ce serait une injustice flagrante que de juger Gbagbo et ses compagnons », affirme l’Avocat qui vient de rencontrer l’ancien Président de la Cote d’Ivoire en résidence surveillée au Nord du pays.

L’avocat et ex-premier ministre togolaisJoseph Kokou Koffigoh estime que ce n’est pas Laurent Gbagbo qui doit être en prison , ce sont les autres puisque les chefs d’accusation qui circulent dans les coulisses de l’ancien président sont relatifs aux crimes de sang et crimes économique, ce qui devrait normalement être collé à ceux qui sont au pouvoir selon l’ancien Président de la Mission d’observation de l’Union Africaine chargée de superviser les dernières élections ivoiriennes. «En tout cas si, il y a procès, Laurent Gbagbo sera bien défendu par le collectif d’Avocats» , rassure l’ancien premier Ministre du Général Eyadema qui condamne la «victoire militaire d’un camp sur un autre et la justice des vainqueurs» en faisant allusion à l’arrestation de l’ancien homme fort de Côte d’Ivoire le 11 Avril dernier et à sa mise en résidence surveillée.

«Gbagbo se porte à bien, il a toujours le moral haut et fort, c’est un combattant dans l’âme», poursuit le Nouveau poète qui appelle les Ivoiriens l’apaisement, à oublier le passé et à construire une réconciliation à la sud-africaine avant de conclure en s’adressant au monde entier « le Gbagbo qui vous a été présenté comme le diable, Gbagbo n’est pas le diable, c’est un combattant pacifique ».

Firmin Teko Agbo

Togoportail, toute l’information à votre portée

Advertisement