pub
Société

Louer un appartement à Lomé, un véritable parcours de combattant!!!

Advertisement

La population de la capitale togolaise s’accroit au jour le jour et les propriétaires ne cessent de faire grimper les loyers à leur guise. L’intervention dans ce domaine des agents immobiliers communément appelés démarcheurs rend la facture très salée aux candidats à la location. Un phénomène qui prend de plus en plus d’ampleur au point où Togoportail s’y est intéressé.

Il y a encore quelques années, pour trouver un appartement à Lomé, il suffit de faire du porte-à-porte dans les quartiers pour se renseigner. De nos jours la situation a beaucoup évolué. Il devient de plus en plus difficile de trouver des chambres en location à Lomé, la capitale togolaise.

Les anciens quartiers notamment ceux du centre ville ont vu les loyers doubler en moins de 5 ans. «Je viens de louer une pièce à 10.000f à Tokoin avec des sanitaires en mauvais état et très insalubres, mais le propriétaire ne cesse de nous menacer chaque jour d’une éventuelle augmentation des loyers» nous à confié, Erica une étudiante.

Les propriétaires avides d’argent n’hésitent pas à louer le même appartement pour plusieurs personnes. L’essentiel, c’est de percevoir les cautions. Kodjogan, hériter d’une maison familiale nous explique ; «Si j’avais déjà loué à 15000f une chambre salon, je peut louer la même pièce à 20.000 à un autre et je donne au premier sa caution pour qu’il me libère la maison».

Les agences immobilières supposées faciliter les démarches d’acquisition d’immeuble rendent la tâche difficile par leur mauvaise foi. Ces démarcheurs sont en réalité des vendeurs d’illusions. Pour aider les clients afin de trouver un logement à louer, il exige 1 mois de caution et 2000 frs qu’ils appellent droit de visite. Dans l’unique but de percevoir ces droits de visite, ils n’hésitent pas d’emmener les clients dans les maisons déjà occupées ou qui ne répondent pas au souhait de ces derniers. «J’ai déboursé 20.000f pour assurer les droits de visite des démarcheurs mais enfin de compte je n’ai pas trouvé satisfaction. Ils m’ont amené dans des maisons sans électricité, parfois dans des appartements sans sanitaires ou encore dans des maisons construites dans des zones inondables.» Nous a déclaré Jules une victime du système.

Ces périodes de vacances sont l’occasion pour ces escrocs d’arnaquer les nouveaux bacheliers qui débarquent à Lomé pour la poursuite de leurs études universitaires. Attention, vigilance!!!.

Roger Adzafo

Togoportail, toute l’information à votre portée

Advertisement