pub
Journée mondiale

9 août : Journée Internationale des Populations autochtones

Advertisement

Les populations autochtones, et parmi elles surtout les femmes, sont particulièrement vulnérables à la menace du VIH/sida du fait des difficultés socioéconomiques qui les affectent de manière disproportionnée et qui favorisent la propagation du virus, comme la pauvreté, la marginalisation, le manque de logement et l’accès restreint à l’éducation.

Les communautés autochtones n’ont souvent qu’un accès limité aux soins de santé de base et à des informations culturellement adaptées sur les causes, la prévention et le traitement du VIH/sida. De plus, les populations autochtones sont souvent tenues à l’écart du processus de prise de décisions; elles ne sont donc que rarement impliquées dans la formulation de statégies efficaces de prévention de la propagation du virus.

La Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones, adoptée en 2007, insiste sur le droit des populations autochtones d’avoir accès à tous les services sociaux et de santé et de jouir du meilleur état possible de santé physique et mentale.

Ainsi chaque 09 août est célébrée la Journée Internationale des Populations autochtones.

«Les peuples autochtones tendent aussi à pâtir de mauvais états de santé liés à la pauvreté, à la malnutrition, à la contamination de l’environnement et à des soins de santé inadéquats. Cela étant, la célébration de la Journée internationale cette année met l’accent sur la menace du VIH/sida. Il est essentiel que les peuples autochtones aient accès à l’information et aux infrastructures nécessaires pour la détection, les traitements et la protection.»

M. Ban Ki-moon, Secrétaire général de l’ONU

Advertisement