pub
Médias

REVUE DE PRESSE

Advertisement

Les implications de la visite des parlementaires français au Togo, la gestion calamiteuse de la BTD par son Directeur Général et les propos tribalistes de l’ancien-nouveau ministre de la Santé suite à la grève du personnel soignant, sont les sujets qui meublent la revue de presse cette semaine.

Du 24 au 29 juin 2011, des parlementaires français, membres du groupe d’Amitié France-Togo étaient en visite au Togo avec pour but de discuter avec les différents groupes parlementaires. Mais nombre de journaux voient en cette visite, une mission de la France pour renforcer son soutien au pouvoir en place.

Abordant ce sujet, «Le Correcteur, n° 263 du 27 juin 2011» qui titre en couverture : «Des députés français au Togo ; rencontre avec les groupes parlementaires sans l’ANC : Duplicité, mensonge, caution à la politique d’exclusion et de discrimination du RPT» écrit : «Sans pudeur ni honte, des députés se réclamant du groupe d’amitié France-Togo effectuent dans notre pays un séjour de cinq (5) jours. En un moment où l’actualité politique nationale et internationale est marquée par la contestation des pouvoirs éternels et ennemis des élections, le programme de séjour des députés révèle a priori qu’il s’agit d’une villégiature estivale avec un zest de soutien et de caution au pouvoir contesté et décrié des Gnassingbé».

S’intéressant au même sujet, «Crocodile News, n° 848 du 28 juin 2011» titre à la Une : «France-Togo : Des parlementaires français entre la vérité et le jeu du pouvoir» et note : «Une mission de parlementaires membres du groupe d’amitié France-Togo séjourne depuis le 24 juin dernier et ce jusqu’à 29 juin 2011 au Togo pour, dit-on, évaluer l’état d’avancement du processus démocratique en cours au Togo et rencontrer les différents groupes parlementaires à l’Assemblée nationale togolaise. Au programme élaboré par l’institution d’Abass Bonfoh à cet effet, les députés de l’Alliance Nationale pour le Changement (ANC) de Jean-Pierre Fabre ne sont pas pris en compte».

Au regard de cette exclusion de l’ANC du programme de cette visite, «Forum de la Semaine , n° 968 du 27 juin 2011» s’interroge : «Assemblée nationale togolaise : La question des députés pro-Fabre exclus au cœur des échanges entre les parlementaires Français et Togolais ?» et précise : «Le numéro un de l’ANC n’a visiblement pas dit son dernier mot dans l’affaire d’exclusion de l’hémicycle togolais de neuf députés proches de lui. Au meeting du FRAC, samedi dernier, il est revenu sur le sujet et surtout émis le vœu de voir la délégation de députés français en séjour du 24 au 30 juin au Togo, s’y impliquer. Son cri de détresse sera-t-il entendu ?».

En réponse à l’interrogation de Forum de la Semaine , «Le Regard, n° 735 du 29 juin 2011» titre en couverture : «L’ANC a rencontré les députés français malgré l’opposition du RPT» et souligne : «Une délégation des députés français de l’UMP du groupe Amitié France-Togo conduite par Christophe Guilloteau arrivée à Lomé a pu rencontrer les députés de l’ANC malgré tous les moyens mis en œuvre par le pouvoir RPT pour empêcher cette rencontre. Les tenants du pouvoir en place ont tout essayé pour éviter que les députés français écoutent les préoccupations des députés ANC injustement exclus par le président de l’Assemblée Nationale avec la complicité du Président( de la Cour Constitutionnelle ».

Le Directeur Général de la Banque Togolaise de Développement (BTD) est décrié par des journaux pour la gestion calamiteuse qu’il fait de cette institution bancaire. Son train de vie pèserait considérablement sur les caisses de la banque.

Par rapport à ce sujet, «Liberté, n° 995 du 27 juin 2011» titre en manchette : «Gestion calamiteuse de Darou-Salim à la BTD : Mépris pour le personnel, octroi des faveurs aux amis, missions fictives, pillage de la banque». Indiquant que le DG a porté son salaire à plus de six millions F CFA pendant qu’il bloque les avancements des agents méritants, le confrère écrit : «La Banque Togolaise de Développement (BTD) est très mal gérée. Les ressources de cette Institution bancaire sont constamment pompées par son Directeur Général Zakari Darou-Salim qui multiplie les dépenses folles et les pérégrinations. Et si l’on n’y prend garde, la BTD risque de disparaître à l’instar des autres banques de développement de la sous-région».

Abordant le même sujet, «L’Alternative, n° 85 du 28 juin 2011» titre en couverture : «Le DG de la BTD accusé de nombreux scandales financiers et d’injustice sociale». S’interrogeant s’il faut laisser les caisses de la BTD se vider avant sa privatisation, il note : «Plus rien ne va à la Banque Togolaise de Développement (BTD). A l’instar des autres institutions bancaires détenues par l’Etat, cette dernière est au bord (sinon au fond) du gouffre. De plus en plus d’informations alarmantes proviennent de cette institution dont les caisses sont visiblement livrées au pillage. Les prévarications auraient pris une certaine allure comme si les responsables veulent vider les caisses avant la privatisation annoncée».

Soutenant qu’il y a une impunité économique au Togo, «L’Indépendant Express, n° 170 du 28 juin 2011» titre à la Une : «Darou-Salim Zakari plonge la BTD dans le gouffre» et indique : «Les institutions bancaires étatiques au Togo ont toujours brillé par la mauvaise gestion et les détournements divers. Mais, puisque, les hommes qui y sont placés à la tête roulent pour des sommités qui tolèrent toutes les malversations, parce que, elles-mêmes profitant des magouilles de ces directeurs de banque, l’impunité est totale. La Banque Togolaise de Développement n’est plus à ce jour au service du développement. Elle est prise en otage par un groupe d’individus à la tête duquel se trouve le sieur Darou-Salim Zakari. Un Directeur Général qui pille l’argent du contribuable et qui bandit Faure Gnassingbé, le Chef de l’Etat, comme son protecteur».

Lors de la grève du personnel soignant, réclamant de meilleures conditions de vie et de travail, le nouveau ministre de la Santé , Charles Kondi Agba, aurait interpellé un médecin Kabyè en lui demandant «depuis quand les Kabyè font grève ?». Blague ou sincérité ? Seulement voilà la presse estime que ces propos sont tribalistes et tire à boulets rouges sur le ministre.

Abordant ce sujet, «Liberté, n° 996 du 28 juin 2011» qui titre en manchette : «Apologie du tribalisme au Togo ; Charles Kondi Agba : Depuis quand les Kabyè font grève». Révélant que Emmanuel Kakou, le 3ème Vice-Président de l’ANC a réagi énergiquement suite à ces propos, le confrère précise : «Le tribalisme, le régionalisme et le clanisme sont devenus de nos jours pour le RPT, des moyens incontournables de conservation du gâteau national. Durant la grève qui a secoué les hôpitaux togolais, le nouvel ancien ministre de la Santé, Charles Kondi Agba a fait, selon les témoins, une déclaration qui n’honore pas sa personnalité et qui montre l’étendue du problème. Emmanuel Kakou, le 3e vice-président de l’Alliance Nationale pour le Changement (ANC), dans son intervention le samedi dernier au meeting du FRAC, est revenu sur ces propos de Kondi Agba et a dressé un diagnostic inquiétant de ce cancer qui, si rien n’est fait, risque d’emporter la nation togolaise ans les abîmes d’une confrontation ethnique».

S’intéressant au même sujet, «Le Potentiel, n° 58 du 28 juin 2011» s’interroge : «Incongruité suicidaire d’un ministre : La carte du tribalisme, la bouée de sauvetage d’un régime aux abois?» et précise : «La division entre les populations du nord et celles du Sud Togo est le soubassement du régime policier du clan Gnassingbé qui régente le pays depuis une quarantaine d’années. La vraie fausse question nord-sud comme l’a qualifiée un aîné, que tout le monde tente d’éradiquer à la faveur d’un processus dit de réconciliation entamé par les grands bénéficiaires de la situation refait surface dans un contexte de grogne sociale où le régime RPT se montre incapable. Ramené pour sauver une situation qu’il a ensuite empirée par son arrogance Charles Kondi Agba, le «Zorro» veut donner la conduite à tenir aux compatriotes du nord notamment les Kabyè, qui sont comme tous les togolais à la quête de leur mieux-être».

Par Dieudonné Mawu pour Togoportail

”Togoportail, toute l’information à temps réel”

Advertisement