pub
Culture

Culture et Numérique

Advertisement

L’essor des nouvelles technologies et d’Internet a entraîné de tels changements que toute l’économie de l’art et de la culture en a été bouleversée. Ces changements suscitent à la fois l’enthousiasme de ceux qui perçoivent l’étendue des possibilités mais aussi les inquiétudes liées aux droits d’auteurs, aux nouveaux modes de consommation, aux nouvelles pratiques qu’ils génèrent.

Un bouleversement des pratiques culturelles.

Cette évolution des pratiques s’est faite en parallèle de l’évolution technologique: multiplication des appareils nomades, amélioration des réseaux de connexion, développement technologique des terminaux de réception, numérisation des données… Grâce à toutes ces évolutions, la moitié des ménages ( dans les pays occidentaux) aujourd’hui disposent d’une connexion Internet, ce qui modifie l’accès et le rapport aux œuvres, la diffusion et le partage des contenus, la manière de communiquer… et bouleverse les équilibres économiques, tout en brouillant les frontières “traditionnelles” (créateur / consommateur, amateur / professionnel…)

Le développement d’Internet a entraîné une modification du rapport aux publics / consommateurs, augmenté la pratique amateur, changeant ainsi la “verticalité” connue jusqu’alors et questionnant les notions de « création » et de Propriété intellectuelle. Les débats autour de la Loi Création et Internet – dite Hadopi – et du livre numérique en sont les principaux exemples.

Un changement dans la production et la diffusion des oeuvres

Au-delà d’une modification des pratiques, l’essor des nouvelles technologies bouleverse aussi les modes de création dans le spectacle vivant. Là encore, les frontières traditionnelles sont amenées à bouger. Il est difficile de maintenir les distinctions par esthétique danse, musique, théâtre. Les nouvelles technologies décloisonnent la nature des productions et font entrer en scène les mondes scientifiques, technologiques…

Les modes de diffusion “classiques” se trouvent eux aussi bouleversés par l’arrivée de propositions intégrant les nouvelles technologies. Les lieux de diffusion classiques ne se trouvent en effet pas toujours adaptés pour accueillir ces nouvelles propositions artistiques.

Des pistes pour s’adapter à ces mutations.

Les professionnels de la culture et les politiques doivent pouvoir répondre aux enjeux à venir. Pour cela, il apparaît nécessaire de répondre à ces mutations par de la formation, pour donner à chacun des clés techniques de recherche et de production de contenus, mais aussi pour améliorer la gestion des flux informationnels, favoriser le discernement… Par de la médiation également, pour permettre des échanges autour des œuvres, des mises en perspectives, des confrontations…

Il est enfin indispensable que les collectivités et les professionnels puissent intégrer les nouveaux territoires virtuels que sont les réseaux sociaux, les blogs et autres forums, à leurs politiques et développements culturels.

Advertisement