pub
Politique

A l’heure de vérité : Les vraies raisons de l’arrestation du général Tidjani

Advertisement

L’ancien ministre de la Défense, le général Assani Tidjani, est inculpé et mis en résidence surveillée le 21 juillet dernier après avoir été écouté par l’Etat major des FAT. Et depuis, des spéculations vont bon train. Pour les partisans du général Tidjani, cette arrestation est arbitraire parce que l’homme s’occupe beaucoup plus de ses propres affaires et ne s’intéresse plus tellement à la politique. Ils se demandent alors pourquoi cet acharnement comme un général à la retraite et apparemment inoffensif?

Selon nos investigations, deux raisons ont conduit à l’arrestation du général Tidjani. L’ancien ministre de la Défense effectue des voyages à l’extérieur du pays sans en informer sa hiérarchie et surtout sans autorisation de sortie dûment signée du chef suprême des armées qui n’est autre que le président de la République. Sa destination de prédilection reste la Côte d’Ivoire. Que va chercher cet officier supérieur dans le bourbier ivoirien ?

Le général Tignani ne va ni en villégiature ni en mission en Côte d’Ivoire pour le compte du Togo. Mais il est en accointance avec la rébellion de Guillaume SORO qui vient de renverser le régime de Laurent Gbagbo pour installer le vainqueur de l’élection présidentielle en Côte d’Ivoire, Alassane Ouattara. Quel rôle joue le général togolais auprès de ces anciens rebelles ?

Cette question semble fondamentale car si le général n’avait rien à faire en Côte d’Ivoire, il ne devrait pas y être aussi régulier. S’il est vrai qu’il a beaucoup aidé la rébellion dans le trafic d’armes, l’on ne comprend pas pourquoi malgré la fin de la guerre, il est toujours présent là-bas. Que fait-il alors en terre ivoirienne?

Selon certaines indiscrétions, le général Tidjani avait des contacts avec un groupe de rebelles disposés à lui rendre service. Quel service ? Cette question trouve sa réponse dans la seconde raison de son arrestation.

En effet, la deuxième raison pour laquelle l’ancien ministre de la Défense a été mis en résidence surveillée est que son ami, le putschiste Kpatcha Gnassingbé, actuellement écroué pour tentative d’atteinte à la sûreté de l’Etat, l’aurait lâché en crachant le morceau. Kpatcha Gnassingbé aurait finalement parlé en faisant des révélations sur l’implication du général Tidjani dans le coup d’Etat avorté. Le général à la retraite aurait joué un grand rôle dans la préparation du putsch manqué.

Non seulement il serait celui qui a rédigé les déclarations de prise de pouvoir par les putschistes, mais également il aurait recruté un groupe de rebelles ivoiriens qui devrait venir en renfort aux putschistes. Si tel est le cas, l’on s’étonne que malgré l’échec de l’opération, le général poursuit ses voyages en Côte d’Ivoire. Que va-t-il chercher encore dans le fief de la rébellion, notamment à Bouaké sans autorisation ?

Il était même encore là-bas lorsqu’on lui a demandé de rentrer pour une urgence. C’est ainsi qu’il été entendu par l’Etat major en présence du général Walla Akawilou et du colonel Rock Gnassingbé. Ces deux derniers étaient présents à l’interrogatoire à titre de témoin dans le dossier d’atteinte à la sûreté de l’Etat.

Visiblement, le dossier Kpatcha refait surface au moment où l’on pensait plutôt à l’élargissement du cerveau du putsch et du reste de ses complices puisque entre temps le procureur de la république a ordonné la mise en liberté provisoire de dix personnes impliquées dans cette affaire.

L’arrestation du général Tidjani Assani, un très proche de l’honorable Kpatcha, relance donc le dossier. Il est fort probable que ce dossier qui est en instruction aboutisse finalement au jugement des prévenus. Mais seulement à quand ce procès ? Seul le juge peut nous en dire davantage.

Source: Chronique de la Semaine n° 156 du 28 juillet 2011

Togoportail, toute l’information à votre portée

Advertisement