pub
Enquêtes & Interviews

A la rencontre du duo impressionnant GBADAMASSI ET GOGOLIGO

Advertisement

Plus qu’un duo, c’est une union sacrée de valeurs et de talents artistiques, imperturbable face aux contraintes du temps et de l’environnement pas toujours souples à la chose culturelle. Tous les deux artistes, comédiens Gbadamassi et Gogologo, figures montantes du monde des arts et de la culture du Togo, font bonne impression et ont désormais un public de bonne audience qui les adule. Au fil du temps, le groupe Gbadagog qui a su relever bien de défis, et grâce à sa passion, sa vocation, a surplanté les obstacles pour offrir au public à chaque fois que l’occasion le permettait, des spectacles humoristiques fou alléchants et pleins de rebondissements où larmes et rires se succèdent face aux scènes d’humour et de comédies mis en belle attraction. Togoportailest allé à la rencontre des deux humoristes, artistes comédiens qui ont bien accepté nous ouvrir leurs boîte à pandore.

Présentez-vous à nos internautes

Gog: Je me nomme N’tsuley Komi Mawulikplimi

Gba: Dites aux internautes que je signe Abléta Kakou Emmanuel

Pourquoi avez-vous opté pour la comédie?

Gba: Rires…Rires…nous n’avons pas opté pour la comédie, nous sommes nés comédiens.

Gog: Moi je faisais la comédie dans le ventre de ma mère avant de venir dans ce monde; si ça vous étonne, ce n’est pas grave.

De vous deux, qui est le chef?

Gba: Nous n’avons pas de chef. Je peux vous dire tout simplement que je suis le grand frère. Pour être bref, nous sommes des collaborateurs.

Gog: Moi je suis le petit frère, c’est vrai. Mais si Dieu veut, je serai grand frère un jour, n’est-ce pas mon cher ami?

Depuis un certain moment, vous êtes dans des publicités à la télé et à la radio. Vous avez surement beaucoup d’argent!

Gba: C’est vrai que nous faisons des publicités sur les chaînes de la place; vous savez qu’au Togo, il n’y pas assez d’argent dans la publicité. Mais le peu que nous gagnons, on gère tant bien que mal.

Gog: Nous n’avons pas de l’argent comme vous le pensez mais spirituellement, nous sommes riches. Nous mangeons à notre faim et pour cela, nous rendons grâce à Dieu.

Vous êtes comédiens, artistes de la chanson et animateurs radio. Comment vous organisez-vous?

Gba: Dans la vie, il faut se battre. Nous aimerions embrasser beaucoup plus de choses à la fois, mais les moyens nous limitent. Au fait, nous planifions tout chaque jour que Dieu fait; les répétitions pour les chansons… En comédie on se partage les rôles que chacun doit jouer. Imaginez que nous restons dans notre coin; c’est le gouvernement qui va faire ces choses à notre place? Comme le dit la Bible , «si tu le mets au genou, Dieu va t’aider à le mettre sur la tête».

Gog: Nous voulons être une référence pour la jeunesse togolaise.

Vous allez représenter le Togo en septembre 2011 au Tchad…

Gba: C’est vrai, nous serons au Tchad en septembre prochain dans le cadre d’un Festival humoristique regroupant 19 pays. C’est une initiative du président tchadien Idriss Débi, en partenariat avec le ministère de la Culture.

Gog: Nous espérons avoir un prix pour faire honneur à notre pays le Togo. Nous rappelons au passage que nous avions eu le prix de la meilleure production artistique lors du Festival Ouest-africain le 8 juin 2008 à Ouagadougou au Burkina-Faso.

Votre premier album musical n’a pas marché. Pourquoi?

Gog: Il n’y pas eu de promotion autour de l’album; en plus, nous n’avons pas fait de clips. Depuis un moment, nous nous sommes beaucoup concentrés sur nos œuvres de comédie que sur la chanson.

A quand votre nouvel album humoristique?

Gba: Nous sommes en train de préparer un album qui fera beaucoup de show à Lomé. En attendant, nous tournons les clips. Permettez-nous de remercier M. Joseph DIENE qui nous aide pour la sortie de cet album.

Qui est le plus beau entre vous deux?

(Tous les deux rient longtemps)

Gba: Au fait, quand Gogoligo veut sortir, je lui confie la beauté et quand moi aussi je veux sortir, il me la donne.

Gog: Depuis le ventre de maman, moi j’étais déjà beau, que voulez-vous?

Nous avons appris que vous êtes soutenus moralement et financièrement par madame Ingrid Awadé, l’honorable Gabriel Améyi, et monsieur Gilbert Bawara. Qu’en dites-vous?

Gog: Améyi est un monsieur qui apporte beaucoup de soutien dans tout ce que nous faisons. C’est le lieu de lui dire un grand merci. Toutes nos reconnaissances aussi à la Directrice des Impôts Mme Ingrid Awadé, sans oublier M. Gilbert Bawara et tous ceux qui nous soutiennent au quotidien.

Etes-vous mariés? Vous avez des enfants?

Gba: Je suis marié et j’ai trois enfants. Le quatrième est en préparation, il viendra bientôt. Je profite pour saluer ma femme. Dites aux jeunes filles de Lomé que je suis déjà occupé.

Gog: Je n’ai pas d’enfant et je ne suis pas encore marié, mais j’ai une fiancée. Je suis en train de me préparer pour demander sa main et donc, le mariage est pour bientôt. Au moment venu, je vous informerai.

Gogoligo, il paraît que vous avez passé le Bac cette année?

Gog: Bien sûr que oui! C’est Gbadamassi qui m’a d’ailleurs répété en philosophie et pour le moment, nous espérons vivement que nous serons la tête et non la queue.

Une histoire drôle…

Gba: Un policier arrête un zémidjan et lui demande les pièces de la moto. Le gars sort les pièces. Ensuite, le policier lui demande tour à tour sa nationalité et sa carte d’identité. Le z-man lui brandit tout ça. Et pour lui compliquer la tâche, le policier lui demande son faire-part de décès. Bizarrement, le gars l’avait sur lui et le policier vérifie: c’est bien la photo du monsieur, mais au niveau de la date du décès, le z-man étant malin a mis des pointillés. Dites à vos lecteurs de ne pas trop rire. Merci pour cette opportunité.

Emmanuel ATCHA pour Togoportail

Togoportail, toute l’information à votre portée

Advertisement